1. Accueil
  2. Mon tour du Monde
  3. Inspiration Tour du Monde
Le blog voyage by Chapka

JO d’été : Les plus belles villes olympiques

Alors que les Jeux Olympiques de Tokyo, prévus initialement cette année, ont été reportés à 2021, nous avons voulu nous pencher sur ces destinations qui ont un jour eu la chance d’accueillir des athlètes et des spectateurs du monde entier. Que reste-t-il des JO dans ces villes ? Allez, jamais à court d’idée, la Team Chapka invente le tourisme olympique !

Episode 2/2 : JO d’été

Lors du premier épisode, nous avons fait un top 5 des destinations qui ont accueilli les jeux olympiques d’hiver, souvent des spots méconnus ! Pour ce second opus, on s’intéresse aux jolies villes, souvent des métropoles, qui ont hébergé les JO d’été. Nous avons fait le choix de ne pas inclure Paris dans notre top 10 !

Rio de Janeiro

Rio a été choisi en 2016 pour accueillir les Jeux Olympiques, une première pour le Brésil et le continent sud-américain.

Où voir les sites olympiques ? Les enceintes sportives étaient quadrillés en quatre zones distinctes :

  • Maracana et son stade olympique.
  • La plage de Copacabana, surtout pour le beach volley, vitrine du sport carioca !
  • le lac de Barra de Tijuca, où se trouvait le parc olympique.
  • Deodoro, sur les hauteurs de la ville.

Londres

Londres a été ville hôte des Jeux Olympiques trois fois, un record pour les JO modernes. 1908, 1948 et 2012, voici les années où la capitale britannique a accueilli les nations du monde entier.

Où voir les sites olympiques ? Un stade olympique est construit pour 1908. Il s’agit du White City Stadium, situé exactement à 42,195 km du château de Windsor. Voici comment est née la distance officiel du marathon moderne. Le stade fut détruit en 1985. De cette première édition des JO, seuls des clubs sportifs privés ont résisté. C’est le cas notamment du Queen’s Club et du Hurlingham Club.

au pair à londres

Pour l’édition de 1948, le stade Wembley est choisi pour la cérémonie d’ouverture et l’athlétisme. Construit en 1923, l’enceinte sera démolie en 2003 pour laisser place au nouveau Wembley. L’arena située en face de Wembley fut choisi pour la natation et la boxe.

L’aviron se faisait bien évidemment sur la Tamise mais au départ de Henley-on-Thames

Henley.

En 2012, le parc olympique est installé à Startford dans l’est de Londres. Le stade olympique, inauguré pour l’événement, a une capacité de 60 000 places. Il sert désormais notamment aux matchs du club de foot de West Ham. Le centre aquatique, à proximité, est signé par l’architecte anglo-irakienne Zaha Hadid. Un stade de hockey et un autre de handball ont été construits pour l’événement.

Sans surprise, les matchs de tennis se sont joués à Wimbledon.

Certaines épreuves se sont déroulées à l’extérieur de Londres. En 1948, la voile s’invite dans la baie de Torbay (Devon) tandis qu’en 2012, elle prend le large vers l’île de Portland (Dorset).

Des matchs de football ont été délocalisés à Portsmouth et Brighton en 1948, puis à Manchester, Newcastle, Coventry (Angleterre), Glasgow (Ecosse) et Cardiff (Pays de Galles) en 2012.

Barcelone

Barcelone fut choisi en 1992 pour accueillir les JO d’été.

Où voir les sites olympiques ? Le stade olympique est situé sur les hauteurs de Montjuic, à quelques pas du musée olympique. A proximité, le Palau San Jordi accueillait les matchs de handball et de volley, et la piscine Bernat Picornell les courses de natation. Le Port olympique de Barcelone est situé dans le district de Sant Marti.

L’impressionnante entrée du stade Montjuic

Dans le nord de la Catalogne, lac de Banyoles, entre Gérone et Figueras, était utilisé pour l’aviron

Lac de Banyoles.

Moscou

1980, en pleine période de Guerre Froide, Moscou accueille les Jeux Olympiques. Ces Jeux furent marqués par le boycott d’une cinquantaine de nations (dont les États-Unis) à la suite de l’invasion de l’Afghanistan par l’Union Soviétique en 1979.

Envie de découvrir Moscou ? Voici les conseils et bons plans distillés par notre partenaire, l’agence Russie Autrement.

Où voir les sites olympiques ? Le stade olympique était le stade Loujniki, construit en 1955 (100 000 places à l’époque, 80 000 désormais !). C’est là où l’Equipe de France a gagné la coupe du monde 2018 contre la Croatie.

balade et croisière fluviale sur la Moskova

La voile était délocalisée dans la base nautique de Pirita, aux abords de Tallinn dans l’actuel Estonie. Rappellons qu’à l’époque, Tallinn était une ville de l’URSS au même titre que Moscou, Saint-Petersbourg (Leningrad), Riga ou Kiev !

Tallinn en Estonie.

Montréal

Montréal fut ville hôte en 1976.

Où voir les sites olympiques ? Le stade olympique a coûté un milliard de dollars, trois fois plus que la somme prévue initialement. Autant vous dire qu’il n’a pas été détruit après les Jeux et qu’il accueille toujours des compétitions sportives, à deux pas du Jardin botanique. A proximité, le vélodrome a été transformé en musée scientifique, le Biodôme de Montréal, tandis que le bassin olympique est aujourd’hui municipal. L’arena Maurice-Richard, où boxaient les athlètes, est aujourd’hui une patinoire. Le Centre Pierre-Charbonneau (lutte), accueille désormais des cours de gym et de badminton.

Les universités ont été utilisés pour ces JO ! En effet, le stade de l’Université McGill a accueilli des rencontres de hockey sur gazon tandis qu’à l’Université de Laval, ça jouait au handball. Le centre équestre était située à Bromont, à une heure de route.

Rome

1960, l’année où la capitale italienne a accueilli les Jeux Olympiques.

Où voir les sites olympiques ? A Rome, les sites antiques furent utilisés pour accueillir des épreuves sportives. Les ruines des thermes de Caracalla (inauguré par l’empereur éponyme en 216) furent choisi pour la gymnastique.

Les ruines des thermes de Caracalla

La Basilica Maxentii et Constantini, commencée par l’empereur Maxence au début du IV siècle et terminée par son concurrent Constantin Ier, servait aux épreuves de lutte.

Le site de la Basilique de Maxence

Bien évidemment, le gouvernement italien a aussi construit et rénové pour montrer au monde le génie des architectes modernes italiens. Le stade olympique de Rome, construit en 1953 et rénové en 1990 accueille aujourd’hui les rencontres de foot de l’AS Roma et de la Lazio de Rome. A l’époque, il n’y avait que les épreuves d’athlétisme, le football étant déplacé au stade Flaminio, qui sert aujourd’hui aux rencontres de rugby pour les tournois des VI nations. Le stade nautique olympique est toujours debout tout comme le PalaLottomatica et le PalaTiziano, deux palais des sports d’influence rationaliste.

L’aviron et le canoé se déroulaient sur le lac d’Albano à 25 bornes au sud de Rome.

le lac d’Albano, formé par une éruption volcanique il y a trente mille ans.

Melbourne

Il faut remonter à 1956 pour voir Melbourne accueillir les Jeux Olympiques d’été. Une grande première pour l’Australie et cette ville où il fait bon vivre. Sa concurrente Sydney se verra attribuer les Jeux en 2000.

Découvrez Melbourne en suivant les conseils d’Adeline du blog Voyages etc.

Où voir les sites olympiques ? Le parc olympique se situe sur les rives du fleuve Yarra, non loin des courts de tennis de l’Australian Open. Le stade olympique oval, Melbourne Cricket Ground, accueille aujourd’hui comme son nom l’indique des matchs de cricket avec cent mille spectateurs maximum. Il est néanmoins moins moderne que le stade qui lui fait face, le AAMI Park (30 000 places), construit il y a vingt ans pour répondre aux exigences du rugby à XIII.

Citons également que le Royal Exhibition Building servit aux épreuves de basket-ball.

Vue de Melbourne

Amsterdam

Les JO d’Amsterdam, ça remonte tout de même à 1928. On ne vous cache pas que nous n’étions pas encore nés !

Vous avez prévu un week-end à Amsterdam ? On vous donne nos bons plans restaurants et bars !

reduction au Rijksmuseum d'Amsterdam avec la carte jeunes europeenne

Où voir les sites olympiques ? Le stade olympique d’Amsterdam, 40 000 places à l’époque, est construit pour l’occasion par l’architecte Jan Wils. Il fut ensuite utilisé pour accueillir les matchs de l’Ajax Amsterdam, notamment pendant les belles année de Cruyff et de Van Basten. En 96, l’Ajax change de stade et l’enceinte olympique voit sa capacité réduite à 22 000 places.

Les épreuves de voile se sont déroulés sur le Zuiderzee, un ancien golfe orageux (et dangereux !) situé au nord d’Amsterdam. Il est transformé en lacs et en polders au fil des siècles grâce à d’importants travaux (construction de digues !)

L’équitation s’est déroulée dans la ville d’Hilversum et le penthathlon à Amersfoot près d’Utrecht.

Anvers

Anvers…et contre tous ! Aussi bizzare que cela puisse paraître, les seuls Jeux Olympiques Belges de l’histoire ne se sont pas déroulés à Bruxelles mais à Anvers (ou Antwerpen comme disent les flamands). C’était en 1920 à la sortie de la Première Guerre Mondiale. Pour la première fois, le drapeau olympique fait son apparition sur les bords de l’Escaut !

Où voir les sites olympiques ? Le stade olympique d’Anvers est toujours debout. Rénové au début des années 2000, il dispose d’une capacité de 12 000 places et accueille des matchs de foot de la Jupiler League. La piscine olympique Wezenberg est aujourd’hui municipale. Le zoo d’Anvers était utilisée pour les combats de boxe (ne me demandez pas pourquoi !). Le Palais de Glace a quant à lui été détruit en 2016.

La voile était délocalisée à Ostende, une station balnéaire en mer du nord.

Ostende.

Stockholm

La capitale suédoise a accueilli la cinquième édition des Jeux Olympiques modernes, en 1912 dans un contexte international qu’on imagine un peu tendu. A l’époque, 28 nations sont présentes et c’est la toute première fois que les cinq continents sont représentés.

Stockholm est une ville paisible, composée d’inombrables îles, qu’on vous invite à découvrir à travers notre article !

Visiter Stockholm pour un week-end en famille, entre amis ou en couple

Où voir les sites olympiques ? Le stade olympique est toujours debout. Il est situé dans le quartier de Djurgården et abrite encore des compétitions sportives et des concerts. La baie, Djurgårdsbrunnsviken, servit aux épreuves de nage tandis que la voile fut délocalisée dans la ville portuaire de Nynäshamn, à soixante kilomètres au sud de la capitale.

Nynashamn, port sur la mer Baltique. Des ferrys relient l’île de Gotland !
Vous découvrez, on vous assure !

0 commentaire

laisser un commentaire