1. Accueil
  2. Mes études à l'étranger
  3. Spécial jeunes au pair
Le blog voyage by Chapka

Au Pair à l’étranger : comment ça fonctionne ?

Le travail au pair permet à un jeune de vivre temporairement dans une famille à l’étranger. En contrepartie, il a pour mission la garde des enfants.

Pourquoi choisir l’expérience au pair à l’étranger ? Voici les arguments qui ressortent le plus souvent :

  1. Approfondir ses connaissances linguistiques.
  2. Découvrir un nouveau pays, une nouvelle culture.
  3. Travailler avec des enfants.

Parmi les destinations préférées des Français, on retrouve bien évidemment le Royaume-Uni et l’Irlande, mais aussi des pays plus lointains comme les Etats-Unis, le Canada, l’Australie ou la Nouvelle-Zélande. Idéal pour progresser en anglais.

Certains jeunes, qui souhaitent améliorer leur niveau d’allemand, d’italien ou d’espagnol, trouvent refuge outre-Rhin, de l’autre côté des Alpes, des Pyrénées, voire en Amérique du Sud.

Sommaire

Comment fonctionne le travail au pair à l’étranger ?

Si les conditions du contrat au pair varient en fonction du pays d’accueil, voici quelques informations pratiques :

  1. Le jeune au pair doit avoir entre 18 et 30 ans (à partir de 17 ans pour l’Espagne, l’Italie, le Danemark et la Norvège), des bases linguistiques validées par un baccalauréat (pas obligatoire dans les quatre pays précédemment cités). Aux Etats-Unis, vous devrez obligatoirement détenir un permis de conduire.
  2. La durée du contrat au pair varie selon la réglementation du pays d’accueil. Dans l’UE, il n’y a pas de restrictions. En Australie, la durée varie entre 1 et 6 mois avec possibilité de prolonger dans une famille différente. En Nouvelle-Zélande et au Canada, de 1 à 12 mois. Aux Etats-Unis, c’est 12 mois minimum, avec une option pour une prolongation de 6, 9 ou 12 mois supplémentaires.
  3. Le jeune au pair est logé et nourri en échange de sa participation à la garde des enfants de la famille et aux tâches ménagères. Les horaires de travail et la rémunération sont variables selon le pays d’accueil. Dans la plupart des cas, le jeune doit suivre des heures de cours de langue.
  4. Un accord écrit entre le jeune au pair et sa famille d’accueil doit être obligatoirement conclu, de préférence avant le départ de France. Il doit être le plus précis possible pour éviter les surprises. Un exemplaire de cet accord est déposé auprès de l’autorité compétente du pays d’accueil ou de l’organisme chargé du séjour au pair. Il doit être accompagné d’un certificat médical attestant du bon état de santé.

Faut-il un visa pour être au pair à l’étranger ?

Pour un séjour dans une famille de l’Union Européenne, le jeune français n’a pas besoin de visa.  Hors UE, il doit obtenir un visa auprès du consulat parisien de son pays de destination.

Faut-il passer par une agence officielle pour être au pair à l’étranger ?

Des organismes spécialisés dans l’expérience au pair vous aident dans les démarches pour trouver votre famille d’accueil, pour obtenir votre visa et pour souscrire à votre assurance voyage.

Aux Etats-Unis, vous êtes obligés de passer par un organisme officiel de séjour au pair. Il existe 16 agences certifiées pour le programme. L’agence que vous choisissez fait office de sponsor et vous aide à mettre en valeur votre candidature pour trouver une famille et ainsi décrocher  le visa J-1 Exchange Visitor Program.

Vous êtes également obligés de passer par un organisme officiel pour la Suisse et les Pays-Bas.

Pour les autres destinations, il n’y a pas de contraintes. Vous pouvez donc rechercher une famille d’accueil via les réseaux sociaux (Facebook) et faire votre visa au consulat.

Quelle assurance pour un séjour au pair à l’étranger ?

En quittant la France, vous ne bénéficiez plus de la sécurité sociale. Si votre pays de destination se trouve au sein de l’Union Européenne, en Suisse, en Islande, en Norvège ou au Liechtenstein, vous avez la possibilité de demander la carte européenne d’assurance maladie (CEAM). Elle permet la prise en charge de vos frais de santé survenus lors de séjours temporaires dans ces pays.

La CEAM garantit un accès direct au système de santé public dans le pays de séjour, sans démarche préalable auprès de l’institution locale. Les prestations sont servies sur présentation de la CEAM dans les mêmes conditions (modalités, tarifs) que pour les assurés du pays de séjour.

La CEAM ne se substitue pas à un contrat d’assurance voyage privé et vous ne pourrez donc pas bénéficier de garanties comme le rapatriement, l’assurance bagages ou la responsabilité civile si vous blessez accidentellement une tierce personne.

On vous conseille donc de souscrire une assurance voyage privée en complément de la CEAM. La bonne nouvelle, c’est que lorsque que vous disposez de la CEAM, le tarif proposé par les compagnies d’assurance privées est plus avantageux.

Si vous vous installez temporairement hors de l’Union Européenne, de la Suisse, de l’Islande, de la Norvège ou du Liechtenstein, vous aurez de toute manière l’obligation de souscrire à une assurance voyage privée.

Chapka Assurances a créé un contrat d’assurance dédié aux jeunes au pair en partenariat avec la compagnie d’assurance américaine AIG. Il s’agit du Cap Au Pair.

Voici les garanties principales :

  • L’assistance rapatriement 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.
  • Le remboursement des frais médicaux et d’hospitalisation suite à une maladie ou un accident à hauteur de 1,5 millions d’euros, en complément de la CEAM ou au 1er €. (ex : une grippe, une otite, une bronchite, fractures, coupures, brûlures…)
  • Les frais dentaires d’urgence : 600 €.
  • La responsabilité civile vie privée : 4,5 millions d’euros en dommages corporels involontaires et 450 000 € en dommages matériels à un tiers et jusqu’à 500 € pour les dommages causés aux biens de votre famille d’accueil ou à l’école (ex : vous cassez un outil électroménager, un ordinateur, etc.)
  • Une assurance vol, perte, destruction de bagages ou retard de livraison à hauteur de 3 000 € pendant le transport et toute la durée du séjour.
  • Le retour anticipé en cas d’hospitalisation ou de décès d’un membre de votre famille (grands-parents, parents, frères, sœurs)
  • La présence d’un proche à votre chevet en cas d’hospitalisation.

Et voici les garanties spécifiques à l’annulation ou à l’interruption de séjour au pair :

  • Si la famille d’accueil a souscrit un contrat et que l’au pair annule le séjour, les frais versés par la famille d’accueil à l’agence de placement au pair seront remboursés.
  • Si la personne au pair a souscrit un contrat et que le séjour est interrompu par un événement indépendant de sa volonté et justifié (ex : rapatriement médical, retour anticipé, déménagement de la famille d’accueil dans une autre ville), l’assureur remboursera les frais de scolarité à la personne au pair.
  • Si la personne au pair a souscrit un contrat et qu’elle est dans l’obligation de changer de famille, l’assureur participe aux frais d’hébergement en attente d’un nouveau placement et dans la limite de sept nuits.

Pour obtenir davantage d’informations sur le contrat Cap Au Pair, n’hésitez pas à contacter les conseillers clients par téléphone au 01 74 85 50 50 ou par mail à info@chapka.fr

A LIRE SUR NOTRE BLOG : Retours d’expériences de jeunes au pair dans les destinations suivantes : les Etats-Unis (Seattle, Philadelphie, New York), l’Australie, l’Irlande, l’Angleterre et le Canada.


Comment devenir au pair aux USA ?

 

Au Pair USA

AUPAIR_FONCTIONNEMENT_2

Au Pair à l’étranger : comment ça fonctionne ?
5 (100%) 2 votes

0 commentaire

laisser un commentaire