1. Accueil
  2. Mon tour du Monde
  3. Inspiration Tour du Monde
Le blog du voyage by Chapka

La parenthèse attendue : un voyage en Asie du Sud-Est en famille

Sophie, 33 ans, est rentrée il y a quelques semaines d’un long voyage en Asie avec toute sa petite famille. Dans l’équipage, on retrouve son mari Erwan, 39 ans, et ses deux enfants, Côme et Juliette, âgés respectivement de 6 et 3 ans. Partez à la découverte des aventures palpitantes et dépaysantes qui les ont amenés à découvrir l’Asie du Sud-Est.

Pourquoi ce voyage en famille ?

J’ai toujours voulu faire un tour du monde. Je gardais en tête depuis des années mes premiers départs en vacances avec mes parents. Cela a toujours été un moment de joie immense pour moi, même si nous n’allions pas loin. Je crois que ma vie est rythmée par le voyage. J’ai la bougeotte. Avec mon mari, nous avons toujours voyagé mais nous avions envie de faire quelque chose de plus grand, de plus long, de différent aussi. Un vrai break où on prend le temps de vivre en famille, de rencontrer les populations, de vivre quelques chose d’authentique. Je reste persuadée qu’en une semaine nous n’avons pas le temps d’aller à la rencontre de l’autre.

On voulait faire une parenthèse, voir si nous étions capable de manquer de matériel et d’être heureux avec peu de choses. Voir comment notre famille réagissait dans l’adversité.

Comment voyage-t-on avec des enfants en Asie ?

En Asie, les gens sont très accueillants. Ils sont chaleureux et très attachés aux valeurs de la famille. C’était donc très simple de voyager avec nos petites têtes blondes. Nous n’avons eu aucune difficulté. On s’en fait une montagne avant de partir, alors que c’est si simple. Les petits ont mis quinze jours à apprécier la nourriture asiatique, si différente pour leur palet. Ils dormaient sur un matelas rajouté au sol, nous accompagnaient sur le scooter. Il ne faut pas être regardant sur la sécurité et se laisser porter par le mode de vie local. Et en cas de pépin, nous avons trouvé des médecins très performants, maîtrisant parfaitement l’anglais en Thaïlande et à Bali.

enfants sur une place d'Asie du Sud Est

Au calme…

Comment vous êtes-vous organisé par rapport à l’école ?

Juliette et Côme ont été déscolarisés car ils étaient en maternelle. Nous avons juste eu une petite réflexion de l’inspecteur académique qui était un peu gêné de notre départ. Et sur place, on n’a pas fait la classe à Côme qui est en grande section. Nous sommes partis du principe qu’il apprendrait d’autres choses. Nous serons vigilants à la rentrée pour qu’il reprenne le wagon en marche et qu’il rattrape son retard s’il y en a un.

Où dormiez-vous ?

Nous dormions dans des guest houses. Petite maison de quelques chambres chez l’habitant. Il y en a partout. Nous avions l’embarras du choix. C’était très simple, pas cher avec le confort nécessaire. Un lit, la climatisation. Nous réservions une fois sur place ou la veille. Juste pour une nuit et restions le temps voulu en prévenant au jour le jour. Il y a internet partout c’est donc facile de s’orienter.

Quel était le rythme de vos journées ?

Nous avons pu alterner des visites aux rythmes soutenus et des repos. En fait, pour un long voyage, il est primordial de ne pas courir tout le temps car sinon on s’épuise. Nous avons donc vécu au rythme local, et avons fait des vacances très différentes. Une journée réussie était parfois une journée sans programme. Parfois, on prenait juste le temps d’être heureux et de ressentir les choses différemment.

rencontre d'un elephant en Asie

Face à un éléphant, mieux vaut ne pas se tromper

 Y-a-t-il des précautions à prendre au niveau de la nourriture ?

Au début, nous ne mangions pas dans les « street food ». Et puis rapidement, nous avons constaté que c’était le meilleur et le moins cher. Il faut surtout manger des aliments cuits et boire de l’eau en bouteille. Lorsque nous n’en trouvions pas, nous avions une gourde qui filtre l’eau du robinet. C’était indispensable. En règle générale, c’est de la cuisine de dernière minute, cuit dans un Wok. Il suffit donc de dire « no spicy » au moment de la commande et votre plat est très savoureux sans le côté pimenté. C’est juste un régal.

Quel est votre plus beau souvenir ?

Difficile à dire. Il y en a eu tellement en trois mois. Sans doute les quatre jours passés dans un village au cœur du Laos. Nous étions accueillis dans une famille dans un petit village de 200 habitants et étions les seuls touristes, perdus au milieu de nulle part. C’était une expérience humaine incroyable. Avec la barrière de la langue, nous communiquions uniquement avec les gestes et les sourires. Les enfants du village nous suivaient partout et rigolaient de nous parfois. Ils étaient surpris par nos tenues vestimentaires et nos attitudes.

Nous avons pu mesurer la pauvreté du Laos. Les enfants n’avaient rien pour se vêtir ou pour jouer mais ils étaient heureux car ils vivaient tous ensemble. Ils ne connaissent pas la solitude. C’était très fort !

rencontre de la population locale au Laos

A la rencontre des petits laotiens

Votre pays coup de cœur ?

Tous pour différentes raisons. La Thaïlande pour la gentillesse du peuple. Le Laos pour son côté authentique. Le Vietnam pour la beauté des paysages. Et Bali pour la cuisine, l’environnement et les habitants d’une gentillesse extrême.

Avez-vous une galère à nous raconter ?

Nous avons eu deux pépins de santé. Une infection d’un bouton de moustique pour ma fille et une tourista pour moi. C’était embêtant mais comme nous avions une assurance, nous étions bien plus sereins. Nous savions qu’en cas de gros pépin, nous serions pris en charge. Et contrairement aux idées reçues, il est possible de trouver de très bon médecin en Asie. Je me suis sentie très bien prise en charge.

Qu’avez-vous ramené de votre voyage ?

Pas grand-chose car nous avions un sac à dos pour quatre. Nous ne pouvions malheureusement pas nous encombrer. Nous avons donc ramené des amulettes en guise de porte-bonheur pour les membres de notre famille. C’était un cadeau riche de sens car nous l’avons acheté dans le marché aux amulettes de Bangkok.

voyager en Asie avec des enfants

Moment de réflexion au bord de l’eau

Qu’est-ce que cette expérience vous a apporté à vous et à vos enfants ?

Cette expérience nous a apporté de la légèreté. Aujourd’hui, je me rends compte que le matériel n’est pas si important que ça. Cela m’a donné encore plus le goût de l’aventure. Fini les voyages organisés. Je ne me vois plus voyager autrement qu’en sac à dos. Cela m’a permis de mieux connaître mes enfants et mon mari, de me conforter dans l’idée que notre famille est unie et que l’essentiel réside dans le fait d’être ensemble. Mes enfants sont revenus plus débrouillards, moins sensibles, plus patients. Je souhaite à tout le monde de vivre une telle expérience qui apporte un regard très intense sur le monde. C’est une belle leçon de vie !

Si c’était à refaire, que changeriez-vous ?

Peu de choses. Je ne garde que le meilleur. Peut-être aurait-il fallu attendre deux ans, pour que me fille soit plus résistante, moins fatiguée. C’était encore un bébé quand nous sommes partis.

Retrouvez le récit des aventures de Sophie avec toute sa petite famille sur son blog La Parenthèse attendue.

Notez cet article

0 commentaire

laisser un commentaire