1. Accueil
  2. Mon Volontariat
  3. Inspiration volontariat
Le blog voyage by Chapka

The Gold Diggers Project : un tour du monde à la rencontre des collecteurs et recycleurs de déchets

A bientôt 30 ans, Radia Slimani est une personne active, prête à faire bouger les lignes en ce qui concerne le développement de l’économie circulaire. Ingénieure de formation en énergies renouvelables et en maîtrise de l’énergie, elle a travaillé dans le développement de fermes éoliennes tout en étant engagée auprès de diverses associations sur Paris Elle vient notamment en aide aux « biffins », des personnes en situation de précarité qui font de la récupération et de la vente d’objets trouvés dans la rue, les poubelles, un moyen de subsistance. S’en est suivi un tour du monde pendant dix-huit mois pour partir à la rencontre de ces chiffonniers des temps modernes, reflets d’une société qui souffre des conséquences environnementales et sociales de la surconsommation et de profondes inégalités sociales.

Présentez votre association et le projet qui vous a amené en voyage autour du monde.

Cela faisait plusieurs années que je rêvais de voir de nouveaux horizons sans pour autant que cela se réalise. Puis, en me posant les bonnes questions (pourquoi aimerais-tu partir ? pourquoi ne te lances tu pas ? qu’aimerais tu faire ?) et puis suite à un concours de circonstances dans ma vie personnelle, j’ai décidé de me lancer à une condition : mon voyage devait me correspondre et avoir du sens.

Au départ, j’avais pour idée de réaliser diverses missions de volontariat, puis, en découvrant la riche thématique des biffins à Paris (nom que l’on donne aux chiffonniers à Paris) et en m’impliquant auprès des associations Make Sense et du Collectif Rues Marchandes, j’ai décidé que le fil rouge de mon voyage serait les chiffonniers. De fil en aiguille s’est construit mon projet : The Gold Diggers Project, un projet documentaire à la rencontre des organisations de chiffonniers dans le monde, qui luttent pour l’amélioration de leurs conditions de travail. Pour porter le projet et lui donner plus de crédibilité, j’ai fondé l’association Les Chercheurs d’Or. 

Pour ce projet documentaire, je partais de zéro : créer un site internet, gérer la communication sur divers réseaux sociaux, écrire, réaliser et monter des vidéos, prendre le son, etc. Ça n’avait jamais fait partie de mes compétences jusqu’à ce que je me forme sur le tas et que je réalise que tout est possible !  

J’ai aussi profité de voyage pour me lancer des défis aventureux et réaliser des rêves, comme faire la transatlantique en voilier et rentrer en train depuis Pékin !

Quelle est la définition de l’économie circulaire ?

L’économie circulaire serait une forme plus vertueuse et durable de l’économie que nous suivons actuellement. Il serait question de rompre le schéma d’une économie linéaire (extraire des ressources, transformer avec de l’énergie, consommer et jeter) et de tendre vers une forme circulaire de l’économie (produire des produits optimisés pour leur recyclage, consommer et recycler).  

Quelles sont les principales différences entre les recycleurs rencontrés au Maghreb, en Amérique latine et en Inde ?

Dresser un tableau des différences entre les recycleurs informels de ces différents pays serait un peu simpliste. Ils sont tous, initialement, issus des classes sociales les plus défavorisées. En occupant une activité dans les déchets, « dégradante » aux yeux de la société, ils sont souvent victimes de rejet voire de répression policière. Il est assez ironique de rejeter ces populations dans des contextes où la gestion des déchets n’est pas exemplaire et où les taux de chômage sont élevés. Ces populations ne demandent, en définitive, qu’on les laisse seulement travailler.

Et je ne parle pas que des pays en voie de développement. A Paris par exemple, seuls 20 % des déchets sont recyclés ou exportés pour leur recyclage.

Retrouvez l’article de Radia Slimani sur les biffins de Paris

https://www.thegolddiggersproject.com/single-post/2017/05/22/Contexte-3—Les-biffins-en-France

En pleine période de surconsommation, quels conseils donneriez-vous aux gens ?

Se lancer des défis (ne rien acheter de neuf, faire soi-même, etc.), stimuler sa créativité, sortir de sa zone de confort. Ce sont les ingrédients qui, à mon sens, permettent d’être heureux ! Alors qu’est-ce que ça coûte d’essayer ? Je sais de quoi je parle, car depuis mon retour de voyage (qui a duré 18 mois tout de même), il est assez inconfortable de se sentir happer par un quotidien et un style de vie qui ne vous correspondent pas.

Agenda : L’exposition photo « Profession chiffonnier » du 28 mars au 12 avril 2019

Le vernissage aura lieu le mercredi 27 mars à l’ess’pace (15 Rue Jean-Antoine de Baïf, métro BNF, Paris 13ème arrondissement). Au programme : une projection de vidéos, une exposition photos, des débats en présence de Radia Slimani et des stands de biffins ! Entrée libre. Prévoyez des espèces pour consommer.

Plus d’informations sur l’événement via Facebook.

The Gold Diggers Project est un projet et voyage documentaire sur les luttes sociales des chiffonniers et sur les initiatives qui facilitent la coopération ou l’inclusion du secteur informel dans les schémas de gestion de déchets. Vidéos, articles et contenus audios sont disponibles sur le site internet

0 commentaire

laisser un commentaire