1. Accueil
  2. Mes vacances
  3. Culture Travel
Le blog voyage by Chapka

Ces villes du monde fondées par des Français

Ci-dessous, une liste de villes fondées par des Français, puis perdues au fil de l’Histoire. Parce qu’on veut vous surprendre, voici une liste garantie sans Montréal et La Nouvelle-Orléans !

Basseterre, Saint Kitts et Nevis 🇰🇳

Peu de Français savent que Saint Kitts et Nevis existe. Pourtant, le 25 août 2003 au Stade de France, tous les regards se sont tournés vers ce petit pays insulaire situé en mer des Caraïbes grâce au sacre de Kim Collins, champion du monde dans l’épreuve reine du 100m en 10 secondes 07. Dix secondes pour rentrer dans l’histoire et mettre en lumière le plus petit pays indépendant des Amériques. Saint Kitts et Nevis, c’est 53 000 habitants et 260 km² répartis entre les îles de Saint Kitts (Saint-Christophe en français, 170km²) et Nevis (Niévès en français, 90 km²).

Ce que peu de Français savent également, c’est que la capitale du pays, Basseterre, a été fondée dès 1627 par des pêcheurs français venus de Dieppe en Seine-Maritime. Avant cela, il y a eu la « découverte » par Christophe Colomb en 1493. Très vite les Espagnols cèdent leur place aux colons Anglais et Français. En 1626, ces derniers opèrent en commun le génocide du peuple Kalinago. Basseterre devient au fil du temps un port de commerce florissant. Les Français perdront la colonie en 1702. Elle est officiellement cédée aux Britanniques en 1713.

Basseterre fut en grande partie détruite en 1876 des suites d’ouragans, tremblements de terre et incendies.

Basseterre aujourd’hui, avec le port de plaisance en arrière-plan.

Roseau sur l’île Dominique 🇩🇲

L’île Dominique, état indépendant aujourd’hui, est entourée par la Guadeloupe au nord et la Martinique au sud. « Découverte » un dimanche par Christophe Colomb lors de sa seconde expédition (1493), elle était peuplée par des Arawaks, puis par des Kalinagos. En 1625, les Espagnols cèdent leur place aux Français, qui construisent Roseau sur d’anciens territoires indiens.

Anecdote intéressante, contrairement aux Espagnols qui nommaient les villes par rapport à des Saints et contrairement aux Anglais qui choisissaient des noms de villes anglaises déjà existantes (ex : Portsmouth), les Français nommaient traditionnellement les lieux colonisés d’après ce qu’ils y trouvaient sur place. Ici, on trouvait un grand nombre de roseaux sur les rives de la rivière.

En 1761, Roseau est prise par les Britanniques et les Français quittent l’île en 1763, déjà bien occupés par la culture du café en Guadeloupe et en Martinique. Les Anglais tenteront bien de renommer la ville, sans succès. L’influence française est encore visible aujourd’hui dans l’architecture de Roseau avec des rues qui serpentent depuis la place du vieux marché.

Le port de Roseau

Saint-Georges, Grenade 🇬🇩

La capitale de l’île de Grenade a été fondée en 1650 par les Français sur ordre de Richelieu. Là encore, les Français ne se sont pas gênés pour exterminer les populations indigènes. Le fort de la ville, bâti en forme d’étoile, surplombait le port de Saint-Georges. Il a été érigé dès 1666 et achevé en 1710.

Grenade sera cédée aux Anglais en 1763. Le fort royal fut renommé Fort George, d’après le souverain britannique Georges III. Les ruines du fort se visitent aujourd’hui.

La ville de Saint-Georges aujourd’hui.

Castries et Soufrière, Sainte-Lucie 🇱🇨

Castries, capitale de l’île de Sainte Lucie (toujours dans les Caraïbes !) fut fondée en 1650 sous le nom de Carénage. A la base, il s’agissait d’un fort, « le Petit-Cul-de-Sac » bâti par une quarantaine de Français après l’achat de l’île par la Compagnie Française des Indes occidentales. La ville prend le nom de Castries en 1785 pour rendre hommage au Ministre des Colonies de l’époque, Charles Eugène Gabriel de La Croix, marquis de Castries (une commune de l’Héraut au nord de Montpellier).

Autre ville de Sainte-Lucie bâtie par les Français, Soufrirère, aux abords des pitons (786 m d’altitude pour le Gros Piton). Joséphine de Beauharnais y aurait passé une partie de son enfance.

Les Français, qui étaient les premiers européens installés à Sainte-Lucie, perdirent l’île en 1814 au profit des Britanniques bien entendu.

La ville de Soufrière, fondée également par les Français, avec les deux pitons classés à l’Unesco en arrière plan.

Détroit dans le Michigan 🇺🇸

Des villes créées par des Français en Amérique du Nord ? On aurait évidemment pu citer Montréal (Québec) ou La Nouvelle-Orléans (Louisiane). On a préféré vous parler de Détroit dans le Michigan. L’installation dans la zone commence en 1701 sur les terres des Iroquois. C’est à la base un fort nommé « fort Pontchartrain du détroit » en l’honneur du comte de Pontchartrain, ministre de la Marine de Louis XIV, et selon la configuration des lacs Sainte-Claire et Érié dont elle occupe les rives occidentales. Il est occupé par des trappeurs français chassant le castor.

Soixante ans après sa création, les rangers anglais prennent le fort en présentant le traité de Paris (1763), un document officiel qui atteste la vente des terres de la Nouvelle-France.

L’histoire moderne de Détroit n’est pas de tout repos non plus. 1967, la ville est le théâtre d’affrontements entre la Police et la communauté afro-américaine. 43 morts, 467 blessés et plus de sept mille arrestations en cinq jours. Au déclin démographique de la population blanche s’ajoute le déclin économique de la ville, ancienne capitale de l’industrie automobile. De 1,5 million d’habitants dans les années 70, elle est passée à moins de 700 000 aujourd’hui. Dans les années 80 et 90, Détroit est le berceau de la musique techno avec des artistes comme Jeff Miles et Inner City. Puis dans les années 2000, des rappeurs émergent derrière la locomotive Eminem.

Détroit, une ville fantôme…qui influence le monde !

Put Your Hands Up for Detroit

Moncton dans le Nouveau-Brunswick 🇨🇦

Non, le Québec n’est pas la seule Province francophone au Canada ! Enfin, théoriquement si, c’est la seule où le français est reconnu comme langue officielle unique. Le Nouveau-Brunswick, un peu plus à l’est, est la seule province canadienne où l’anglais ET le français sont reconnus ensemble comme idiome. Un joli melting-pot !

Moncton est la capitale du Nouveau-Brunswick. Située sur le territoire amérindien des Micmacs, la ville est fondée par les Acadiens en 1670. Le village s’appelle alors Le Coude, mais est aussi connu sous le nom de Terre-Rouge ou de La Chapelle.

L’Acadie s’étendait du Québec à Terre-Neuve-et-Labrador en passant par le Nouveau-Brunswick, l’île du Prince Edouard, la Nouvelle Ecosse et l’île du Cap Breton.

Les Acadiens seront déportés par les Britanniques au milieu du dix-huitième siècle, notamment aux Antilles ou en Louisiane. Sur les bords du Mississipi, ils deviendront d’ailleurs les Cadiens ou Cajuns.

Saint-Louis au Sénégal 🇸🇳

Les marins de Dieppe, encore eux, fondèrent Saint-Louis en 1659 à l’embouchure du fleuve Sénégal. La ville est nommée en l’honneur de Louis XIV (le souverain de l’époque) et de Louis IX, Saint-Louis. Saint-Louis fut une base pour le commerce d’esclaves. Suite à la Révolution Française, les Britanniques prennent la ville ainsi que les côtes sénégalo-gambiennes. En 1815, période de Restauration monarchique avec Louis XVIII, le Sénégal sera rendu à la France (mais pas la Gambie). En 1960, le Sénégal accède à l’indépendance.

Saint-Louis est surnommée la « Venise africaine » et est classée au patrimoine mondial de l’Unesco. C’est un centre culturel du pays avec un festival de jazz annuel et un musée de la photo flambant neuf.

Le quartier de Sindore, relié au continent par le Pont Faidherbe.
L’assurance d’un voyage réussi !
Rate this post

0 commentaire

laisser un commentaire