1. Accueil
  2. Mon Expat
  3. Nos conseils pour votre expatriation
Le blog voyage by Chapka

Est-il toujours possible de travailler en Angleterre à la suite du Brexit ?

Le Royaume-Uni ne fait plus partie de l’Union Européenne. Depuis le 1er janvier 2021, les Français doivent donc demander un visa de travail s’ils souhaitent travailler en Angleterre, en Ecosse, au Pays de Galles ou en Irlande du Nord. Le visa est-il facile à obtenir ? Comment faire ? Est-il toujours possible de venir à Londres pour effectuer des petits jobs ? On vous en dit plus dans cet article.

Comment obtenir un visa de travail en Angleterre ?

A la suite du Brexit, les Français sont désormais dans l’obligation de demander un visa de travail s’ils veulent travailler légalement au Royaume-Uni (Angleterre, Ecosse, Pays de Galles, Irlande du Nord).

Le visa de travail au Royaume-Uni est destiné aux travailleurs qualifiés. Il se nomme « Skilled Worker Visa ». Pour obtenir ce visa, les autorités ont créé un système à points. Il faut obtenir 70 points pour décrocher le visa.

Pour remplir les conditions de la procédure d’obtention d’un visa de travailleur qualifié (Skilled Worker visa) vous devez démontrer que:

  • Vous maîtrisez l’anglais. Le niveau intermédiaire B1 est demandé. (10 points) Plus d’infos ici
  • Vous détenez une offre d’emploi ou avez une promesse d’embauche. Il faut que ce soit une offre officielle, agréée par le Home Office (ministère de l’immigration) (20 points) Plus d’infos ici
  • Votre emploi doit être dans un secteur en pénurie de main d’oeuvre. (20 points) Plus d’infos ici
  • Votre salaire doit être de 25,600 livres sterling minimum, soit environ 30 000 € l’année. Si l’emploi que vous avez trouvé est dans un secteur en pénurie de main d’oeuvre ou si vous avez moins de 26 ans, le montant est abaissé. Le salaire minimum est ainsi de £20,480, soit env. 22 750 € par an (20 points) Plus d’infos ici

Votre visa peut durer jusqu’à 5 ans. Vous devrez demander une prolongation ou une mise à jour de votre visa s’il arrive à expiration ou si vous changez d’emploi ou d’employeur. Après cinq ans, vous pourrez aussi demander la résidence permanente.

Vous pouvez demander un visa jusqu’à trois mois avant la date à laquelle vous devez commencer à travailler au Royaume-Uni. Une fois que vous avez fait votre demande en ligne, prouvé votre identité et fourni vos documents, vous obtiendrez généralement une décision dans les 3 semaines. si vous faites votre demande depuis la France.

Faites vos démarches pour obtenir le visa de travail au Royaume-Uni.

Préparez vos documents.

Combien coûte le visa de travail en Angleterre ?

Lorsque vous demandez un visa de travailleur qualifié, vous devez disposer de suffisamment d’argent pour payer les frais de demande. Le tarif si vous demandez votre visa depuis la France : 610 livres sterling par personne pour un visa de moins de 3 ans et 1 220 livres sterling pour un visa de plus de 3 ans.

Si l’emploi que vous avez déniché est considéré comme « en pénurie ou en tension », alors vous aurez le droit à une réduction sur le coût du visa (de £464 à £928)

Si vous demandez un visa de travail alors que vous résidez déjà au Royaume-Uni, ce sera plus cher (de £704 à £1,408).

A cela, il faut ajouter 624 livres sterling de couverture médicale et 1 270 livres sterling d’argent de côté à placer sur un compte britannique pour subvenir à vos besoins sur place.

Consultez les tarifs ici.

Est-il toujours possible d’être jeune au pair en Angleterre ?

Les jeunes filles au pair vivent généralement avec la famille pour laquelle elles travaillent et ne sont pas susceptibles d’être classées comme ouvrières ou employées. Les « au pair » n’ont pas droit au salaire minimum national ni aux congés payés. Elles sont traitées comme un membre de la famille avec laquelle elles vivent et reçoivent de l’argent de poche, généralement entre 70 et 85 livres sterling par semaine.

Le programme des « au pair » est actuellement en danger en Angleterre. Il n’y a actuellement aucun visa spécifique pour les jeunes filles au pair comme l’annonce BAPAA, l’association britannique des agences au pair. Et clairement, ces jeunes ne pourront pas demander le visa Skilled Worker. Affaire à suivre…

Est-il toujours possible d’étudier en Angleterre ?

Oui, il est possible d’étudier au Royaume-Uni (Angleterre, Ecosse, Pays de Galles, Irlande du Nord), mais hors du cadre du programme Erasmus+.

À partir du 1er janvier 2021, les étudiants français qui veulent étudier au Royaume-Uni plus de six mois doivent obtenir un visa facturé 348 livres sterling (environ 390 €). Pour l’obtenir, l’étudiant devra prouver qu’il a été accepté dans un établissement supérieur britannique, qu’il parle, lit et écrit l’anglais et qu’il est capable de financer son séjour au Royaume-Uni. 

La procédure de demande de visa étudiant se fait sur le site du gouvernement.

Ils doivent aussi souscrire une assurance maladie couvrant leurs frais de santé au Royaume-Uni.

Vous pouvez être en mesure de travailler en dehors de vos études mais le volume horaire est limité.


Notre analyse : Avant le Brexit, de nombreux jeunes français arrivaient en Angleterre (notamment à Londres) pour améliorer leur niveau d’anglais. La plupart du temps, ils venaient avec quelques économies, ils trouvaient un petit job sur place (hôtellerie, restauration, boutiques, au pair…) et repartaient comblés (quand ils repartaient !). Ce ne sera dorénavant plus possible. Désormais, vous devrez au préalable avoir un bon niveau d’anglais, trouver un job (très) qualifié, dans un secteur en tension, puis faire des démarches administratives (demande de visa). Les chances d’aller travailler à Londres se restreignent et il y aura en tout cas une très forte concurrence pour ceux qui souhaitent exercer dans le capitale anglaise. Les jeunes français qui veulent améliorer leur niveau d’anglais devront se rabattre vers des destinations plus accueillantes comme l’Australie et la Nouvelle-Zélande, et pourquoi pas dans le cadre d’un visa Working Holiday !

0 commentaire

laisser un commentaire