1. Accueil
  2. Mes vacances
  3. Les Chroniques d'Adeline
Le blog voyage by Chapka

L’Australie, terre de contrastes

Par Adeline Gressin du blog Voyages etc…

J’avais 19 ans quand j’ai foulé les terres australiennes pour la première fois. C’était en 1992, que le temps passe vite. A l’époque j’étais étudiante, en échange à Newcastle en Nouvelles Galles du sud. Je vivais dans une famille et j’allais au lycée, en uniforme bien sûr ! Une vie simple, plongée dans la culture australienne. Immersion totale au pays de la convivialité, du sport et des BBQ. Depuis cette année unique en son genre pour moi, j’y ai remis plusieurs fois les pieds, lui découvrant à chaque séjour un nouveau visage, de nouveaux contrastes.

En Australie il faut d’abord se faire à l’accent et à l’argot, le « slang » comme ils l’appellent. Pas un jour ne passe sans entendre un « G’day mate ». Là-bas, tout est « best » « amazing » ou « awesome », le « no worries » termine chaque phrase et tout le monde est « mate » avec tout le monde et vous ne repartirez de « down under » pas sans avoir entendu au moins une fois un « fair dinkum ». Certains diront des australiens qu’ils sont superficiels, je les trouve attachants et généreux, toujours prêts à vous offrir une petite discussion de comptoir et de passer un moment autour d’un pub quizz ou d’un barbecue !

le mode de vie à l'australienne

Comment qualifier cette île continent en un seul mot ? Impossible. A elle toute seule, l’Australie est plus grande que l’Europe. Il y a donc plusieurs OZ. Celle des villes et celle des champs ou plutôt de l’outback comme on dit là-bas. Il y a aussi celle des hommes et celle de la nature. Cette nature si riche et à l’écosystème si unique que les australiens essayent tant de préserver.

L’Australie des villes change au fil des décennies. Si hier Sydney et sa sublime baie avaient la cote, aujourd’hui Melbourne semble remporter tous les suffrages de la ville où il fait bon vivre. Il parait qu’Adelaïde et Perth évoluent pas mal aussi. Ces villes ont toutes un point commun : elles sont la porte d’entrée vers des Australie bien différentes où la nature et l’exceptionnel ne sont jamais bien loin. Les blue mountains pour Sydney, la Great Ocean road et la route des vins pour Melbourne, Kangaroo island, Coober Pedy et ses mines d’opales ou plus loin le centre rouge pour Adelaïde, la barrière de corail ou la forêt tropicale de Daintree pour Cairns. Ce ne sont que quelques exemples.

que découvrir en Australie ?

Un casoar dans la Daintree Forest

L’Australie de l’outback réserve de nombreuses surprises et l’assurance de trouver une terre d’aventures. Je me souviens lorsque j’étais étudiante que j’avais voulu aller voir une amie à Maitland, pourtant situé à seulement 35 km de Newcastle, mon père d’accueil m’avait alors dit « la première fois je t’y emmène mais la prochaine tu iras en train, c’est trop loin, trop dangereux »… Maitland était à 35km seulement et c’était loin… Loin et la route était vide, sans habitations… Surtout dangereuse au crépuscule, l’heure où les kangourous sortent de l’orée des bois et viennent en bord de route.

L’Australie de l’outback peut être hostile aussi… Oh oui… On n’a pas idée de toutes ces bébêtes qui rodent : serpents, araignées, grenouilles, crocodiles… mais quand on découvre ce pan de l’Australie avec un aborigène, que ce soit sur des terres arides ou en forêt tropicale, on en découvre aussi son sens. Le Dreamtime, le temps du rêve, ce concept inexplicable qui pourtant signifie tellement de choses aux yeux des aborigènes. L’origine du monde, le passé, le présent et le futur se racontent dans le temps du rêve. Chaque espèce humaine, animale et végétale a sa place et vit au milieu des esprits qui les laissent entrer et qu’ils remercient. Avec les aborigènes, les premiers habitants de l’Australie, oui ils étaient là bien longtemps avant que le Capitaine Cook ne débarque, on prend conscience que cette nature est précieuse, qu’il faut la respecter et que l’homme a besoin d’elles. Les histoires qu’ils mettent en musique, dansent ou dessinent, racontent toutes cette vie en adéquation avec la nature.

Les coraux

L’Australie sous-marine n’est pas mal non plus. On entend beaucoup de choses sur la barrière de corail dont le fait qu’elle serait blanchie à 95%. Ce blanchiment ne veut pas dire qu’elle est morte mais plutôt qu’elle est en état de stress. Celui-ci est provoqué par divers phénomènes : le réchauffement des eaux, l’ingurgitation de plastique, un cyclone… Ces phénomènes sont nombreux mais la bonne nouvelle c’est n’est pas morte et qu’avec le temps elle se régénère. Il ne suffit pas d’aller bien loin pour trouver de sublimes coraux. Les plus beaux vus lors de mon dernier séjour se situent au large de Cap Tribulation dans le nord du Queensland, là où deux sites Unesco se rencontrent, là où la forêt tropicale de Daintree tombe dans la mer de corail. La vie est exceptionnelle sous l’eau : la couleur des coraux ou l’attitude des poissons, chacun vit et s’adapte dans cet univers multicolore. Parfois même quand un endroit nous semble sans vie, un corail renaît au milieu de rien ! C’est pour cela qu’il ne faut absolument pas ramener de coraux ou de coquillages. Ils appartiennent aux fonds marins et un jour peut-être serviront ils quelque part à faire renaître une espèce. C’est le cycle de la vie !

Si je devais qualifier l’Australie en couleurs, je dirais qu’elle est bleue, verte et rouge. Bleue pour la mer, verte pour ses forêts et rouge pour son outback. C’est une terre multicolore qui n’a pas fini de nous livrer tous ses secrets. Vue de notre vieux continent qu’est l’Europe, on n’a pas idée de la richesse de sa nature et de son écosystème. L’autre jour une guide me disait qu’il faudrait parcourir la largeur de l’Europe pour trouver le nombre d’espèces végétales et animales confondues que l’on dénombre sur un kilomètre dans la forêt de Daintree. C’est dingue non ?

Je ne me lasse pas de découvrir l’Australie. Ses contrastes, sa nature et ses hommes font sa richesse. Pourquoi ai-je eu l’idée d’aller passer un an là-bas il y 26 ans ? Au-delà du fait que j’y allais pour apprendre l’anglais, je pense que j’avais envie de découvrir un pays situé aux antipodes de la France dont on n’entendait pas beaucoup parler à l’époque. Sa nature déjà me faisait rêver. Aujourd’hui on y va pour travailler grâce au Visa Vacances Travail, y faire des road trips dans ses terres isolées ou ses zones plus urbanisées. Quelle que soit la raison du voyage, l’aventure et l’émerveillement sont au rendez-vous. Soyez-en assurés !

L’Australie, terre de contrastes
5 (100%) 1 vote

0 commentaire

laisser un commentaire