1. Accueil
  2. Mon Expat
  3. Informations pratiques Expats
Le blog du voyage by Chapka

Entreprendre au Québec : mode d’emploi

Considéré comme LE « Vrai » Eldorado, le Canada est plus spécialement la province du Québec attire de plus en plus de français. Véritable terre d’immigration et d’accueil le Québec vient chaque année débaucher des talents français qui souhaitent s’expatrier.

Pour avoir un ordre d’idée : le Canada accueille 250 000 immigrants chaque année.

Pour s’expatrier au Canada, il faut obtenir une résidence permanente et ça tombe bien puisque créer ou racheter une entreprise donne le droit au saint « Graal » canadien. Voici quelques questions à se poser avant d’entreprendre au Canada.

Quelles sont les options d’entrepreneuriat au Québec ?

Entreprendre au Canada séduit de plus en plus les jeunes entrepreneurs européens car le marché québécois est plus flexible, plus ouvert aux innovations et surtout beaucoup moins taxé qu’en France ou dans les pays européens. Terre d’innovation et de progrès, le Canada cultive cette image pour d’attirer les jeunes talents. Voici les 3 principales façons d’entreprendre au Canada.

  • Créer une entreprise :

C’est simple et tout à fait envisageable même pour un étranger. L’état du Québec est toujours en recherche de bonnes idées et de dynamisme économique. C’est pourquoi, l’état offre des aides financières pour faciliter la vie aux entrepreneurs.

Voici les 2 principales aides de l’état pour créer son entreprise au Québec :

Le STA : « Soutien aux travailleurs autonomes » qui permet de bénéficier de subventions à la création d’entreprise de 1300$CAN par mois pendant un an en contrepartie il faut suivre les deux formations proposées et travailler au moins 40h par semaine sur son projet.

Les deux formations de 4 mois à suivre sont les suivantes :

  • Création d’entreprise et du business model (2 cours du soir par semaine)
  • Conseil et la vente (1 jour par semaine)

La CDEC : « Corporation de développement économique communautaire » du Plateau Mont-Royal à Montréal offre une bourse au démarrage d’entreprise de 6000$ CAN ainsi que 1000$ CAN pour suivre des formations. Les seules conditions pour obtenir cette bourse : participer au développement économique local et s’engager à embaucher.

Pour plus d’informations, vous pouvez prendre contact avec Le Saje qui est un organisme qui accompagne et aide les jeunes entrepreneurs à créer leur entreprises.

  • Devenir travailleur autonome 

C’est plus risqué mais ça peut être aussi une bonne option si vous avez des réserves financières solides en attendant que votre activité soit rentable. C’est l’équivalent du statut d’auto-entrepreneur en France. Pour l’obtenir c’est simple, il suffit de demander un numéro de NEQ (numéro d’entreprise du Québec) auprès du Registraire des entreprises et de payer 32$CAN.

  • Racheter une entreprise déjà existante

Le Canada est en constante recherche de repreneurs d’entreprise car il y a une pénurie de repreneurs canadiens. Sur 60 000 entreprises qui sont à vendre, seul 20 000 ont des repreneurs. Il y a donc 40 000 entreprises à vendre au Québec et le gouvernement se tourne vers les investisseurs étrangers (nous) pour les reprendre.

Pour attirer les étrangers, l’Etat de Québec offre des avantages financiers et fiscaux  ainsi que la possibilité de subvention au démarrage. L’offre est tellement importante qu’il existe des entreprises spécialisées dans la mise en relation entre vendeurs et repreneurs d’entreprise qui seront vous aider si le projet vous tente.

Voici les étapes du rachat :

  • Choisir son secteur d’activité
  • Choisir la taille de l’entreprise
  • Maillage, rencontre avec l’actuel dirigeant de l’entreprise.
  • Faire le point sur la situation financière
  • Rédaction d’offre d’achat
  • Négociation

Pour plus d’informations, la page du gouvernement sur le rachat d’entreprise est très complète : http://www.canadabusiness.ca/fra/page/2854/

Quelle ville choisir pour mon expatriation ? Montréal ou Québec ?

C’est LA question existentielle qui va vous poursuivre pendant votre projet d’expatriation. Les deux villes sont très attractives et chacune possède de nombreuses qualités. Il n’y a pas de réponse tranchée à cette question, le choix dépend  vraiment de vos aspirations professionnelles et personnelles. Ce qui est certain c’est que les 2 possèdent une excellente qualité de vie et un fort potentiel économique.

  • Quebec est une plus petite ville, plus clame et à taille humaine mais les opportunités ne manquent pas.
  • Montréal est une grande ville avec un rayonnement national et international fort. C’est une ville à fort potentiel au niveau de l’emploi et très multiculturelle.

Pour vous faire une idée : voici un petit descriptif de chacune des deux villes :

Ville de Québec :

Québec City avec le chateau de Frontenac

Quebec City skyline with Chateau Frontenac at sunset viewed from hill

 

  • Taux de chômage bas : 4,1% dont Jeunes : 3,8%
  • Spécialisée dans l’économie du savoir (TIC, électronique, assurance finance, science de la vie et tourisme)
  • Coût de la vie : moins cher que Lyon
  • Loyer moyen : 726 CA : de 30 à 40 % de différence avec la France
  • Bonne qualité de vie : activités sportives, ludiques, le saint Laurent ; vie culturelle riche.)
  • Ville sécuritaire réputée comme ayant la meilleure qualité de vie de l’Amérique du Nord

Ville de Montréal

Lever de soleil sur Montréal depuis le Mont Royal

Montreal sunrise viewed from Mont Royal with city skyline in the morning

 

  • Grande mégalopole : 4 millions d’habitants
  • Ville bilingue voire trilingue
  • 2e ville du Canada après Toronto / rayonnante économiquement.
  • Développement vers le haut savoir / les hautes technologies
  • 7 pôles d’excellences : TIC (informatique, programmeur, web, gestion de projet) Aérospatiale (ingénieurs en demande), Science de la vie (bio pharmacie, bio-technologie), Finance et assurance, tech environnementales, secteurs agro-alimentaires
  • Qualité de vie très bonne
  • Ville branchée, vélo, gastronomie, beaucoupde parcs et d’activités de loisirs
  • Logement et énergie moins cher qu’en Europe.

Quelle couverture santé choisir pour les jeunes expats au Canada ?

Tout larguer pour recommencer sa vie de l’autre côté de l’atlantique est une aventure excitante mais il y a un point auquel on ne pense pas forcément lors de nos préparatifs : c’est celui de la santé. Les frais de santé sont très chers en Amérique du Nord et peuvent très vite vous mettre dans des situations délicates. Et oui en tant qu’expatrié et créateur d’entreprise, la sécurité sociale française n’interviendra plus. Si vous faites un petit tour pour voir les offres sur le marché vous verrez que les assurances pour les expatriés sont nombreuses mais ne sont pas données ! Alors si vous êtes en bonne santé et que vous n’avez pas prévu de fonder une famille au début nous avons créé le contrat adapté. Ce contrat Cap  Vital Expat  couvre les maladies soudaines, imprévisibles et les accidents au premier euro et sans franchise.

C’est un contrat qui offre des garanties essentielles, très complètes et qui est adapté au budget des jeunes expatriés. Concrètement une grippe, un rhume, une clavicule cassée c’est couvert mais pas pour tous les « extras » comme un accouchement, un détartrage des dents, une visite de contrôle chez l’ophtalmo …

C’est l’alternative idéale pour commencer son projet d’expatriation sans se ruiner en assurance santé tout étant protégé.

Les sites utiles pour en savoir plus : 

Pour plus d’informations sur le Contrat Cap Vital Expat , vous pouvez contacter nos conseillers au 01 74 85 50 50  ou info@chapka.fr.

 

Entreprendre au Québec : mode d’emploi
Notez cet article

1 commentaire

aktionjob
aktionjob

25 août 2014

250 000 immigrants chaque année pour un si petit pays, normal que trouver un travail est chose difficile. Mais bon très bon article.

Répondre

laisser un commentaire