1. Accueil
  2. Mes vacances
  3. Inspiration Vacances
Le blog voyage by Chapka

La Route des Explorateurs au Québec : 3 coups de cœur

Pendant notre semaine consacrée au Canada, nous donnons la parole à trois groupes de blogueurs qui ont découvert le Québec dans le cadre du projet « la Route des Explorateurs ».

Franck et Richard du blog OneDayOneTravel, Audrey et Mickaël du blog Refuse to Hibernate, Claudia et Clément du blog Clo et Clem nous partagent leurs expériences !

3 coups de cœur sur la Route des Explorateurs dans le Québec de l’ouest

Au cours de nos 2 semaines de road-trip hors des sentiers battus sur la Route des Explorateurs, nous avons traversé 3 régions du Québec de l’ouest : l’Outaouais, l’Abitibi-Témiscamingue et les Laurentides.

Des expériences incroyables en pleine nature n’ont vraiment pas manqué entre canot-camping en forêt et même sur une île déserte, tyrolienne, hydravion, rafting, randonnée, escalade, vélo, stand-up paddle. Et on en oublie !

voyage canada entre amis

Au fil des kilomètres, les spécialités locales se sont enchaînées. Nous n’avons évidemment pas pu échapper à la célèbre poutine mais le Québec a bien plus à offrir.

Cette Route des Explorateurs aura aussi été synonyme de traditions, culture et histoire, et notamment celle des Premières Nations. Le musée d’Histoire du Canada à Gatineau en Outaouais est le musée incontournable. On en apprend toujours aussi beaucoup au travers des diverses et très belles rencontres que l’on peut faire lorsqu’on est en voyage.

Nous n’oublions enfin pas tous les bons moments passés ensemble comme au mont-Chaudron en Abitibi-Témiscamingue ou sur une île déserte au Parc du lac du Poisson Blanc dans les Hautes-Laurentides, au coin du feu sous un ciel extraordinairement étoilé.

Et oui, le reste du temps, chaque couple de blogueurs vivait sa propre aventure.

Nous revenons sur 3 coups de cœur inoubliables de ce road-trip sur la Route des Explorateurs. Un par duo de blogueurs et que des belles rencontres au programme.

1. Une belle rencontre à Wakefield en Outaouais par Franck et Richard du blog voyage OneDayOneTravel

Comme nous l’avons raconté dans un article ici et sur notre blog voyage OneDayOneTravel, le village de Wakefield en Outaouais a été une étape marquante de notre road-trip sur la Route des Explorateurs. On a craqué pour son atmosphère bohème dès notre arrivée. C’est un village d’artisans et d’artistes. Ceci explique peut-être cela.

faire du kayak au quebec

Historiquement, Wakefield est le premier village à avoir été bâti le long de la rivière de Gatineau. On peut avoir la chance d’échanger encore aujourd’hui avec des habitants aux origines autochtones. C’est le cas de Nathalie que l’on a rencontrée dans sa boutique d’art natif, Khewa, qu’elle a ouvert il y a 18 ans à Wakefield.

 

La charismatique Nathalie a en fait une double culture grâce à ses origines. Sa mère est Micmac (grande nation des Algonquins) et son père est Gascon. Sacré mélange !

Elle propose dans sa boutique des objets d’Art autochtones authentiques, des capteurs de rêve, des bijoux, des mocassins, etc. Artiste, elle expose aussi ses toiles (qui ont toute une histoire) et même des vêtements. De pures créations réalisées par la propriétaire des lieux elle-même.

Au hasard de notre rencontre dans le magasin, alors que nous étions hypnotisés par quelques attrapes-rêves, elle entame pour nous un chant traditionnel amérindien accompagné d’un tambour lui aussi traditionnel.

De sa voix douce, elle nous explique ensuite les symboliques du tambour. Un instrument qui représente chez les amérindiens le cœur de la Terre et la croix de la Vie en même temps.

Au dos du tambour, le cordage divise le cercle entre quatre parties égales associées aux quatre saisons, aux quatre directions, aux quatre peuples de la Terre ou encore aux quatre stages de la vie.

Chaque quadrant est identique pour montrer qu’aucun homme n’est plus important qu’un autre. Une belle leçon de vie.

Et comme le dit si bien Nathalie, quand on rentre dans sa boutique, même si on ne se connait pas, on se reconnait, car ceux qui poussent sa porte sont tous en quête de la même chose : l’Authenticité.

2. Expérience et Rencontre en Abitibi-Témiscamingue par Audrey et Mickaël du blog voyage Refuse to Hibernate

Avec Mickaël on a eu un réel coup de cœur pour l’Abitibi-Témiscamingue. Déjà pour sa faune et sa flore incroyable mais surtout pour ses habitants… En langue algonquine Abitibi signifie « là où les eaux se séparent » et Témiscamingue « l’eau profonde », présage d’une région riche en paysages aquatiques. Et c’est bien le cas car l’Abitibi-Témiscamingue ne compte pas moins de 22 000 lacs !

C’est là-bas que nous avons rencontré Guillaume Rivest, un passionné de plein air qui lance d’ailleurs son activité de guide d’expéditions en canot-camping. Guillaume nous a guidés pendant 24 heures sur le lac Kipawa. Au départ nous devions faire du canot-camping mais vu la météo déplorable il nous a proposé de passer la soirée dans le chalet rustique de la famille de sa copine, qui se situait au bord du lac.

Pour préparer le dîner, Guillaume nous a appris à faire du feu avec ce qui nous entourait en forêt : sève de pin ou encore écorce de bouleau. On a partagé un repas en discutant de nos vies…et on a eu l’impression de passer la soirée avec un ami de longue date. Il nous a narré sa traversée de l’océan Atlantique pendant 55 jours sur un trois-mâts, avec les conditions de l’époque. C’était vraiment passionnant ! Nous nous sommes couchés avec des rêves d’expéditions plein la tête.

Le lendemain, Guillaume nous a emmenés pagayer sur le Lac Kipawa. Il nous a montrés comment on faisait un portage (porter le canot sur ses épaules pour les passages sur la terre ferme). Nous nous sommes ensuite séparés pour se retrouver en fin de journée, à plus de 150 km du lac Kipawa, pour une deuxième soirée magique.

Nous avons donc rejoint nos amis blogueurs Franck & Richard et Clo & Clem, pour observer un magnifique coucher de soleil depuis le Mont Chaudron. Il se nomme ainsi à cause de sa forme de chaudron inversé, qui était un pot en fonte utilisé par les Premières Nations pour faire cuire les aliments. Guillaume nous a guidés lors de cette courte randonnée puis nous avons partagé un repas avec toute l’équipe. Un moment intime digne des fêtes de Noël en famille…

24h remplies d’émotions qui nous ont donné envie de revenir en Abitibi-Témiscamingue pour partir en expédition pendant 5 jours avec Guillaume !

3. Laurentides : le Lac du Poisson Blanc par Claudia et Clément du blog voyage Clo et Clem

Dans les Laurentides, nous avons eu l’occasion de vivre une expérience réellement exceptionnelle : partir en canoë pour camper sur une des îles désertes du parc du Poisson Blanc. Cerise sur la gâteau, nous n’étions pas seuls. Nous avons été rejoint pas Franck et Richard du blog OneDayOneTravel et Audrey et Mickaël du blog Refuse to Hibernate. L’occasion parfaite de passer un moment convivial au coin du feu.

Le parc du Poisson Blanc fait 85km² et il est essentiellement composé d’un immense réservoir d’eau parsemé d’une centaine d’îles. Comme il s’agit d’un parc régional, aucune de ces îles n’est habitée. En revanche, des emplacements sont aménagés pour les campeurs. Chaque emplacement dispose de toilettes sèches et d’un endroit plat et dégagé où monter sa tente.

Les îles ne sont accessibles qu’en canoë. Notre campement est à 30 minutes de l’accueil du parc régional. Nous embarquons tout le matériel de camping avec nous. Au départ, nous avons du mal à diriger la canoë car nous ne sommes pas habitués à naviguer avec autant de poids. Le chargement est lourd car en plus de notre tente et de nos sacs de couchages, nous avons tout l’équipement pour cuisiner ainsi que de l’eau. Mais nous gagnons de l’assurance à chaque coup de pagaie et notre peur de couler disparaît.

Une fois sur l’île, nous installons nos tentes et allumons notre feu de camp avant la tombée de la nuit. En septembre, les journées sont encore belles mais les nuits sont froides. Le feu est donc une nécessité pour nous réchauffer.

Nous profitons ensuite du magnifique coucher de soleil en buvant une bière au coin du feu. Quand on pense au Canada, on imagine exactement ces moments là. Autour de nous il n’y a aucune ville, aucune pollution sonore, rien que le clapis de l’eau et le bruit des oiseaux. Nous sommes au plein milieu de la nature !

Les étoiles apparaissent peu à peu. Nous profitons de ce moment pour griller des marshmallows. C’est une tradition ici après le barbecue. Nous racontons des anecdotes, des secrets qu’on ne révélerait probablement pas dans d’autres circonstances. Pas de wifi, pas de réseau mobile, c’est comme si le temps s’était arrêté au parc régional du Poisson Blanc. Nous sommes coupés du monde, tout ce qui est dit restera ici.

Nous mettons une dernière bûche dans le feu avant d’aller nous coucher.

Après notre nuit en camping, nous retrouvons la civilisation le lendemain. Nous aurions aimé rester plus longtemps, profiter d’une nouvelle journée sur place pour explorer d’autres îles. Mais d’autre aventures nous attendent au Québec.

En conclusion

Les trois régions à l’Ouest du Québec ont été un véritable coup de cœur, comme en témoignent nos 3 expériences. Ce sont des régions sauvages, authentiques, où l’on rencontre des personnes extraordinaires. Nous sommes restés deux semaines dans l’Outaouais, en Abitibi-Témiscamingue et dans les Laurentides. Aucune de nos journées ne ressemblait à la veille et aucun de nous n’a vécu ce voyage de la même manière. Même si nous n’avions pas exactement le même itinéraire, nous sommes tous d’accord sur un point : chacune de nos journées ont été riches en découvertes.

0 commentaire

laisser un commentaire