1. Accueil
  2. Mes vacances
  3. Idées de vacances
Le blog voyage by Chapka

New York insolite et secrète : 5 activités originales à découvrir

Article rédigé par Simona Sacri pour notre blog italien.

New York est un espace inépuisable, un labyrinthe de pas infinis, et aussi loin qu’il allât et quelle que fut la connaissance qu’il eût de ses quartiers et de ses rues, elle lui donnait toujours la sensation qu’il était perdu. Perdu non seulement dans la cité mais tout autant en lui-même.

Paul Auster, écrivain new-yorkais.

Ces sentiments sont sincères et toujours d’actualité, familiers à tous ceux qui ont eu la chance de visiter la ville au moins une fois dans leur vie.

Malgré le temps qui passe et les changements inévitables, New York continue d’être une surprise infinie, un dédale de rue, d’odeurs, d’accents, de son, un chapeau magique d’où jaillissent tour à tour des personnages, des histoires, des lieux et des itinéraires dont même le plus local des Newyorkais ignore l’existence.

Ainsi, chaque nouvelle exploration finit par donner lieu à de nouvelles expériences, des découvertes et des prises de conscience. Ca peut être un musée particulier, un restaurant aux saveurs originales, un bâtiment historique, un sentier inhabituel, un nouveau panorama sur la ville, et bien plus encore.

D’où l’idée de raconter l’histoire, pour une fois, à travers certains de ses lieux et itinéraires les plus insolites.

L’art et le jazz, accessibles à tous à la Morgan Library, Manhattan

La Morgan Library est un petit bijou caché dans la jungle de Midtown South.

Il s’agit d’une splendide bibliothèque-musée construite en 1902 par le banquier et collectionneur J.P. Morgan pour organiser et préserver sa collection riche et variée d’objets d’art, notamment des tableaux, des meubles, des céramiques, des livres anciens et des manuscrits originaux. Le lieu a été par la suite transformé en un musée privé surprenant et innovant grâce à l’impressionnante extension de la structure d’origine par l’architecte Renzo Piano.

Un lieu privilégié où vous pourrez admirer des peintures d’artistes tels que Le Pérugin, Le Tintoret ou des gravures et dessins de Léonard de Vinci, Michel-Ange, Donatello, Matisse, Picasso et Van Gogh. Vous pouvez voir de vos propres yeux des lettres et des journaux intimes appartenant à Jane Austen, Charlotte Brontë, Abraham Lincoln, des pages dédicacées de John Steinbeck, Tennessee Williams, des partitions de Verdi, Mozart, Schubert, Strauss et quelques premières éditions de chefs-d’œuvre tels que « Alice au pays des merveilles » de Lewis Carroll, « Frankenstein » de Mary Shelley, « Paradis perdu » de John Milton, « Un chant de Noël » de Charles Dickens…

Nous vous recommandons de vous y rendre un vendredi soir, où l’accès – généralement de 19h à 21h – est totalement gratuit. La visite est agrémentée d’un concert de duo de jazz ou de blues dans le hall principal.

La Morgan Library est située sur Madison Avenue, à quelques pas de la station de métro, au 33rd Street.

La maison de Louis Armstrong, Corona, Queens

Peu de gens savent qu’il est possible de visiter la maison-musée du plus grand trompettiste de jazz du monde, Louis Armstrong. Ca se passe dans le quartier multiculturel de Corona, dans le Queens, un quartier beaucoup plus sûr et accessible qu’à l’époque.

C’est la maison où le musicien de jazz américain a vécu pendant plus de 30 ans avec sa quatrième épouse Lucille Wilson et où il est mort le 6 juillet 1971. Une maison digne mais pas ostentatoire, dans un quartier populaire, où Armstrong aimait se détendre entre deux concerts. Il ne renoncerait jamais à sa vie quotidienne à Corona, à ses discussions avec son coiffeur, à l’écoute des enfants qui sonnent à sa porte pour l’entendre jouer de la trompette et improviser des sessions live, et à ses repas gargantuesques avec ses amis de toujours !

La visite guidée de 50 minutes porte sur l’ensemble de la maison, ses chambres, son studio privé et le jardin, et comprend de nombreux enregistrements originaux d’Armstrong, ainsi que des objets de sa vie privée et de la scène, notamment sa légendaire trompette.

Louis Armstrong House Museum est situé au 34/56 de la 107th Street à Corona, dans le Queens.

Vous pouvez vous rendre dans le quartier en prenant la ligne de métro 7 et en descendant à la station 111th St. à Roosevelt Avenue.

Depuis Roosevelt Ave., prenez la 108e rue à droite jusqu’à ce que vous traversiez la 37e avenue, tournez à gauche puis immédiatement à droite sur la 107e rue. Quelques minutes de marche vous mèneront directement à l’entrée du musée, qui est adjacente à l’entrée originale de la maison.

Les graffitis de Bushwick, Brooklyn

Bushwick est un ancien quartier ouvrier du nord-est de Brooklyn, non loin de Williamsburg.

Jusqu’à il y a quelques années, toute la zone était interdite non seulement aux New-Yorkais et aux visiteurs mais aussi aux forces de l’ordre, une sorte de no man’s land à la merci des gangs locaux.

Le changement s’est opéré quand les habitants du quartier ont commencé à se battre pour un renouveau, notamment Joe Ficarola.

En 1991, Joe – qui n’était alors qu’un jeune garçon – a été témoin du meurtre de son père, alors qu’il se trouvait au centre d’une fusillade entre clans rivaux. Une fois adulte, il a créé The Bushwick Collective, une exposition permanente de street-art qui, à travers les couleurs vives et les personnages immortalisés sur les murs des bâtiments et usines abandonnés du quartier, raconte le grand désir de renouveau et les histoires, projets et espoirs de toute la communauté.

©Simona Sacri

Aujourd’hui, Bushwick est un véritable musée en plein air. Des artistes de street-art du monde entier viennent ici pour décorer les murs extérieurs des bâtiments. Peu à peu, grâce notamment à l’intérêt croissant des experts et des artistes émergents désireux de se faire un nom, les bâtiments abandonnés commencent à se remplir non seulement de studios professionnels et d’espaces d’exposition, mais aussi de cafés, de restaurants ethniques et d’ateliers.

Pour admirer les peintures murales, suivez la rue de Jefferson Street à Troutman Street jusqu’à Wyckoff et St. Nicholas Avenue.

Pour vous rendre à Bushwick, prenez la ligne de métro L depuis Union Square. Il vous faudra environ 20 minutes pour arriver à l’arrêt Jefferson Street. Quelques pas à pied et vous vous retrouverez au centre du quartier.

La Little Italy d’Arthur Avenue, Bronx

Si vous voulez visiter une vraie « Little Italy », oubliez celle de Manhattan, qui a été reprise par Chinatown et dont les quelques boutiques restantes ont été transformées en véritables pièges à touristes. Dirigez-vous vers le Bronx – qui, rassurez-vous, n’est plus le borough dangereux et inaccessible qu’il était autrefois – pour découvrir le quartier italien caractéristique et authentique d’Arthur Avenue, considéré à juste titre comme l’une des cinq plus belles Little Italy d’Amérique.

Prenez une matinée pour parcourir les étals de friandises et de charcuterie du marché de détail, pour entrer dans les épiceries fines et les magasins de détail, où tout est strictement fabriqué en Italie.

Je vous recommande l’excellent restaurant « Zero, Otto, Nove » (l’indicatif de la ville de Salerne, les propriétaires sont originaires de Campanie) si vous prévoyez de vous arrêter pour déjeuner.

L’avenue Arthur se trouve dans le quartier de Belmont, non loin du jardin botanique de New York et du zoo du Bronx, et longe la rue de l’intersection avec la 187e rue à la 183e rue.

Le moyen le plus simple d’y accéder est de prendre le métro nord depuis le terminal de Grand Central, de descendre à Fordham et de marcher pendant environ 10 minutes sur la troisième avenue, puis de tourner sur la 187e.

« Neverland », Staten Island

La ville de New York est composée de 5 arrondissements, communément appelés boroughs, Manhattan, Brooklyn, Bronx et Queens, les plus connus, et Staten Island, le moins connu, en partie parce qu’il est plus éloigné.

Staten Island est une île immense située à l’embouchure de l’Upper Bay, dont beaucoup de gens ignorent l’existence. C’est pourquoi on l’appelle généralement le « Neverland ».

©Simona Sacri

Contrairement à l’idée reçue selon laquelle il n’y a rien à Staten Island, c’est ici que vivent la plupart des personnes de la classe ouvrière qui travaillent à Manhattan et à Brooklyn, et vous pouvez faire une belle excursion d’une journée pour découvrir par vous-même les sites les plus intéressants.

Vous pouvez vous promener dans les rues du quartier italien animé ou autour des peintures murales colorées du quartier de Stapleton. Vous pouvez entrer dans la maison où Giuseppe Garibaldi* et Antonio Meucci ont vécu ensemble (la tombe de Meucci se trouve dans le jardin de la maison), monter au sommet du Grymers Inn pour profiter de la vue sur Lower Manhattan d’un côté et sur le pont Verrazano de l’autre.

©Simona Sacri

Vous pourrez également visiter le Alice Austen House Museum, la maison-musée de l’un des photographes les plus célèbres d’Amérique, connu pour avoir capturé l’arrivée des immigrants à Ellis Island, et vous promener dans les rues d’un authentique village des années 1700, Historic Richmond Town.

Pour se rendre à Staten Island, il suffit de prendre le ferry de Staten Island depuis Lower Manhattan, un ferry gratuit qui part toutes les 25 minutes. Pour vous déplacer, utilisez le MTA, la seule ligne de métro qui traverse l’île du nord au sud.

*Giuseppe Garibaldi (1807-1882), général et homme politique, est considéré comme l’un des « pères de la patrie » italienne. Antonio Meucci (1808-1889) est un ingénieur-physicien italo-américain qui a contribué à l’invention du téléphone.

L’assurance d’un voyage réussi !
5/5 - (1 vote)

0 commentaire

laisser un commentaire