1. Accueil
  2. Dossier Spécial USA
  3. Inspiration USA
Le blog du voyage by Chapka

5 bonnes raisons d’aller ou de retourner à la Nouvelle-Orléans

La Nouvelle-Orléans est une destination à part (entière) aux Etats-Unis. Elle sent bon le vieux sud, la musique, la Louisiane, le vaudou, la fête, le Carnaval… Un vibrant mélange qui trouvera un écho particulier chez les voyageurs français, car « notre » héritage y est encore très présent (la Louisiane a été française pendant plus d’un siècle, jusqu’en 1803). Ce n’est pourtant pas la première destination des Français aux Etats-Unis, mais elle arrive souvent très vite après l’Ouest américain, New York et la Floride.

En août 2005, New Orleans (« Nola » pour les intimes) a été frappée de plein fouet par l’ouragan Katrina, qui a détruit des quartiers entiers et semé la mort et la désolation. Elle a mis du temps à s’en remettre et à se reconstruire. Les voyageurs de l’après-Katrina ont pu avoir peur (souvent à juste titre) de s’aventurer dans certains quartiers (Ninth Ward, Trémé…).

Plus d’une décennie plus tard, les choses ont changé. C’est une « nouvelle » ville que vous allez découvrir.  Voici 5 très bonnes raisons de visiter ou de revisiter la Nouvelle-Orléans et de laisser « le bon temps rouler ».


1- La French Touch


Toulouse Street a la nouvelle orleans

Des fleurs de lys partout, des magasins, des restaurants et même des rues au nom français (comme ici, Toulouse Street) / Photo Lost In The USA

L’héritage français est encore très présent en Louisiane et plus particulièrement à la Nouvelle-Orléans. Voilà qui rassurera les moins anglophones des voyageurs : la plupart des noms de rues, de monuments… sont en français. Il y a aussi des restaurants, des magasins, des fleurs de lys partout… Il est aussi possible que des locaux d’un certain âge vous parlent en français cadien ou créole, mais l’héritage est en train de se perdre (il y en aura davantage dans le pays cajun, du côté de Breaux Bridge).

Le quartier touristique, toujours réputé le plus sûr, notamment pour se loger, s’appelle d’ailleurs le French Quarter ou « Vieux Carré français ». Une association, le Monde Créole, propose des visites en français. C’est aussi là que se trouve la célèbre « Bourbon Street » (sorte de « rue de la soif ») qui aligne bars, restaurants, clubs… Folklorique, festive, mais à éviter trop tard dans la nuit, quand tout le monde est (trop) saoûl.


2- La cuisine cajun


Le Café du Monde a la nouvelle orleans

Le Café du Monde, ouvert 24 h/24, est célèbre pour son café et surtout ses beignets (qui ressemblent à nos bugnes) qui ne coûtent qu’une poignée de dollars
/ Photo Lost In The USA

 

le gumbo issu de la cuisine cajun en louisiane

Parmi les spécialités, le « gumbo » / Photo Lost In The USA

La cuisine cajun est unique dans le patrimoine gastronomique américain, et celle de la Nouvelle-Orléans est encore marquée d’une autre empreinte. Il y a énormément de restaurants (du très bon comme du très mauvais), et la scène culinaire évolue en permanence.

Sorti des coins très touristiques, on trouve plein de petits établissements qui donnent envie rien qu’à l’œil. On y déguste des écrevisses (crawfish), du « gumbo » (sorte de ragoût né de différentes cultures culinaires), du « jambalaya » (souvent comparé à la paëlla espagnole), arrosés de Tabasco (produit sur l’île d’Avery Island). Au rang des spécialités 100% new-orléanaises : les beignets recouverts de sucre du « Café du Monde » (proches de nos bugnes), le « Po’Boy » (qui vient de « poor boy », pauvre garçon), un sandwich dans du pain (presque) français dans lequel on trouve de la viande, du poisson ou des crevettes panées ou la « Muffuletta », sa rivale inventée par les immigrés italiens (inimitable, à base de charcuterie dans un pain rond, à déguster en priorité au « Central Grocery and Deli » (sur Decatur Street).

Il y a aussi des institutions (qui nécessitent une réservation) : le mal nommé « Cochon », le brunch de la Court of Two Sisters (en plein parc), « Antoine’s » ou le  » Commander’s Palace » dans le Garden District.  Il existe même des tours guidés sur le thème de la gastronomie.


3- Prendre un grand bol de vert


visiter la nouvelle orléans et son City Park

Le City Park est l’un des plus grands poumons verts des villes américaines. / Photo Lost In The USA

 

La ville, bordée de maisons « shotguns » (dites « pistolets ») si emblématiques, blanches ou de couleur, de chênes, et de barbe espagnole reste très verte. On y croise des chats à tous les coins de rue.

Elle compte aussi plusieurs parcs, dont le City Park, l’un des plus grands parcs urbains des Etats-Unis et parmi les plus anciens jardins publics américains. Sur plus de 5 km² (plus que Central Park à New-York) et avec son propre bayou (Saint-John ou Saint-Jean), il rassemble diverses infrastructures : un parc d’attraction sur le thème du Carnaval, des jeux pour les enfants, des équipements sportifs, des musées (l’exceptionnel jardin de sculptures du musée d’art contemporain est gratuit d’accès, comme l’entrée au parc) et un joli restaurant ouvert 24 heures sur 24. Il ne ferme jamais, et il n’est pas rare d’y croiser canards, oiseaux ou alligators.

Il y a aussi l’Audubon Park, autre poumon vert au bord du Mississippi, de plus petite taille, qui lui rassemble le zoo, l’insectarium (le plus grand du monde), un salon de thé japonais, un golf… et est un spot apprécié des locaux pour voir le coucher de soleil (« The Fly »).

De quoi trouver le calme à une dizaine de kilomètres seulement du centre touristique.


4- Vivre à l’heure du Carnaval et de Mardi Gras


le Blaine Kern’s Mardi Gras World a la nouvelle orleans

Le Carnaval dure un peu toute l’année à la Nouvelle-Orléans, surtout au Blaine Kern’s Mardi Gras World, un musée (payant) qui abrite les chars des éditions précédentes et la création de ceux de la suivante / Photo Lost In The USA

 

Qui dit Nouvelle-Orléans dit évidemment Carnaval, Mardi Gras… Si ce n’est pas exactement ici que la fête a été inventée, c’est bien là qu’elle a pris cette ampleur mondialement connue. La fête, à son apogée le jour de Mardi Gras (un mardi de février ou de mars, dont la date varie en fonction de celle de Pâques), dure en fait plusieurs semaines, au cours desquelles des chars spectaculaires, les « floats », défilent dans les rues du centre-ville (plus dans le French Quarter, ils sont trop larges !) en lançant des cadeaux aux spectateurs-participants, en particulier ces colliers de petites perles brillantes de toutes les couleurs (« beads »). C’est pourquoi on en trouve à l’année partout, surtout pendus aux arbres, aux fils électriques…

Si vous n’avez pas la chance d’être à Nola pendant le Carnaval, pas de panique : l’esprit de la fête perdure toute l’année. Il a même plusieurs musées, dont l’immense « Blaine Kern’s Mardi Gras World ». Un immense hangar en bordure de fleuve où sont stockés les décors et fabriqués les chars de l’édition à venir. La visite (20 dollars, 13 pour les enfants) vaut vraiment le détour. On se déguise, on visionne un film, on goûte au gâteau officiel de la fête (le « king cake ») puis on visite les ateliers où les artistes sont en train de concevoir les décors, et enfin les anciens chars et décors gigantesques et d’une minutie extrême.

Astuce : le parking coûte 10 dollars, alors qu’une navette peut vous y amener gratuitement depuis le centre et le French Quarter.


5- Ecouter de la musique partout


ecouter du jazz a la nouvelle orleans

La musique est bonne à la Nouvelle-Orléans. Elle revendique la naissance et l’ « invention » du jazz / Photo Lost In The USA

Nola vibre aux sons de différentes musiques, en permanence : jazz surtout (c’est là qu’il a été inventé, au début du XXe siècle, et d’ici que sont originaires Louis Armstrong, Fats Domino, etc) mais aussi blues, musique cajun et entraînant « zydeco ». Les grands clubs sont à trouver du côté de Frenchmen Street (comme le « Spotted Cat ») et dans le French Quarter (« Preservation hall »). De nombreux festivals, reconnus dans leur genre, rythment l’année.

On peut aussi en écouter gratuitement sur Bourbon Street au Musical Legends Park, et un peu partout en ville, où les artistes de rue se disputent les trottoirs, avec un talent qui n’a rien à voir avec ce qu’on entend généralement sur les pavés.

Jackson square a la nouvelle orleans

Jackson Square / Photo : Lost In The USA

le French Quarter a la Nouvelle Orléans

French Quarter / Photo : Lost In The USA

 

Un article pas écrit par nous, vous vous en doutez mais par Delphine et JP du blog Lost In The USA. Lors de leur dernier voyage (en mai / juin dernier), ils ont eu la chance de découvrir cette merveilleuse région des Etats-Unis.  En vrais passionnés des Etats-Unis, cela fait maintenant quelques années qu’ils sillonnent le pays d’Est en Ouest et du Nord au Sud ! Retrouvez toutes leurs pérégrinations américaines sur leur blog ! De quoi vous inspirer pour votre prochain road trip aux États-Unis !

logo

5 bonnes raisons d’aller ou de retourner à la Nouvelle-Orléans
Notez cet article

1 commentaire

Seb
Seb

12 décembre 2016

Super article ... j y suis actuellement.. je vais suivre tes conseils un par uns ..merci..

Répondre

laisser un commentaire