1. Accueil
  2. Mes vacances
  3. Inspiration Vacances
Le blog du voyage by Chapka

Photos : En auto-stop à travers le désert australien

Comment faire du stop en Australie par Florence Renault, rédactrice du blog Le monde sur le pouce.

Le 2 juillet 2013, je commence mon tour du monde au péage d’autoroute d’Orléans. Mon défi ? Parcourir le globe uniquement en auto-stop et en bateau-stop. 152 000 kilomètres, 1600 conducteurs et 4 ans plus tard, je me retrouve donc à photographier des pingouins.

des pingouins a Saint Kilda en Australie

Et oui ! Il y a des pingouins en Australie ! A la tombée de la nuit, ils viennent trouver refuge dans le port de St Kilda, à Melbourne.

traverser l'Australie en auto-stop

L’objectif est de traverser le pays jusqu’au nord pour y trouver un bateau-stop ou un avion-stop vers l’Asie. L’Australie, c’est plus grand que l’Europe. Il va donc falloir parcourir 4 500 kilomètres en faisant de l’auto-stop en Australie entre Melbourne et Darwin.

côte ouest de l'Australie en van

La Great Ocean Road est parsemée de surfers, d’impressionnantes falaises et de nombreux touristes du monde entier : nous sommes ainsi pris en stop par un Hongkongais, une famille Singapourienne, un couple Turque, deux jeunes allemands et une bande de potes Français…

la cote est de l'Australie en stop

Après une nuit sous tente, nous prenons le petit-déjeuner sur une table de pique-nique en bord de mer. Je voyage avec Sebastian qui est Chilien. Un groupe de Français occupe l’autre table. Ça me manque de ne pas parler Français, j’entame donc la discussion. Eux voyagent en van et ont un visa Working Holiday, comme la plupart des backpackers. Ils vont dans la même direction que nous et proposent de nous emmener. Nous passons finalement toute la journée ensemble à discuter, à chercher (et trouver) des koalas, à photographier les plages et les falaises. A la tombée de la nuit, nos routes se séparent avec un petit pincement au cœur.

Degustation de vin australien

Le Sud de l’Australie est réputé pour ses vins. La vallée de Barossa compte plus de 200 vignobles et des milliers de vins. Kurt, lui les met en bouteille. Ce jeune Australien nous héberge grâce au site Couchsurfing. Il met de côté la fabrication intégrale de sa moto pour nous emmener faire des dégustations.

L'Australie en combi van ou en stop

Port Augusta est notre dernière ville au bord de la mer. Nous sommes aux portes de désert. L’auto-stop est assez facile en Australie, nous attendons en général vingt minutes. Nos conducteurs nous racontent encore et encore l’histoire du tueur en série d’autostoppeurs qui a sévit dans les années 80 en Australie. Ils sont souvent inquiets pour nous, ils disent que c’est trop dangereux. « Et vous, vous ne trouvez pas ça dangereux de vous arrêter pour des auto-stoppeurs ? Vous n’avez pas peur des inconnus ? » Généralement, mes questions les font rire. « Oui mais vous, vous avez l’air sympa», me disent-t-ils. « Vous aussi, vous avez l’air sympa, c’est pour ça que nous sommes montés dans votre voiture », je réponds, tout en restant convaincue que le stop n’est pas dangereux.

Voyager en auto-stop en Australie

A quoi ça ressemble le désert australien ? C’est principalement une immense plaine d’herbes jaunes avec des arbres verts (ou des arbustes ou rien) et du ciel bleu. Des parkings permettent aux conducteurs de faire une pause tous les 50 kilomètres.  Par contre entre chaque hameau, il faut plutôt compter 200 kilomètres.

le lac Eyre en Australie

Au milieu de la monotonie désertique, nous faisons un arrêt au lac Eyre, le plus grand lac salé d’Australie.

Coober Pedy ville miniere en Australie

Coober Pedy est une ville minière célèbre pour son opal et ses maisons troglodytes. On se croirait dans un pays pauvre où tout est abîmé et couvert de poussière. Nous croisons de nombreux natifs marchant pieds-nus et se parlant ou criant dans une langue indigène d’un bout à l’autre d’une rue sans trottoir.

Les voitures abandonnées et brûlées font aussi partie du paysage, le long de la route.

Durant la traversée, j’aperçois juste deux kangourous, deux émeus et un dromadaire. Saviez-vous que l’Australie était le pays le plus peuplé de dromadaires au monde ? Il y a aussi des oiseaux et poissons multicolores, des drôles d’insectes et de rongeurs, des kaolas, des crocodiles… Ce pays me fascine pour ses animaux exotiques qui vivent en majorité proche des côtes.

Uluru est une montagne sacrée indigène. En 1985, le territoire est rendu à la communauté indigène…  Enfin, partiellement car ce n’est que pour une durée de 99 ans.

Le Larapinta Trail est un sentier de 223 kilomètres dans les montagnes arides du désert australien. Nous faisons une randonnée de six heures en contemplant la nouvelle vue à chaque virage et chaque sommet. Mais nos gourdes sont presque vides. Le retour se fait en accéléré et chaque gorgée d’eau est rationnée. Nous arrivons complètement assoiffés à la route où une famille Néo-Zélandaise nous ramène en stop à Alice Springs.

Avec ses 30 000 habitants, Alice Springs est la plus grande ville du désert.

Et la plus choquante d’Australie. À chaque coin de rue, des indigènes trop maigres, sales et en guenilles titubent dans la rue. Ils demandent une pièce, du feu, ou quel jour on est déjà ? Je suis choquée de voir qu’un pays aussi riche puisse laisser autant de pauvreté. Une femme indigène nous prend en stop et nous explique qu’il est interdit de boire dans les réserves indigènes. Donc tous les alcooliques des environs viennent s’installer en ville.

Avec Sebastian, nous reprenons la route. Alors faire du stop à deux, qu’est-ce que ça change ? Déjà c’est plus sympa d’être à deux pour attendre les voitures, ça permet de prendre ce genre de photo ! Mon temps d’attente est le même seule ou à deux. Je « rate » tous les « gars relous » et aussi ceux qui ont la voiture pleine avec une seule petite place de libre. Alors de l’autre côté, je gagne pas mal de conducteurs rassurés par le fait de voir un garçon et une fille voyager ensemble. Et oui, une fille qui voyage seule, ça peut paraître suspect !

Nous parcourons 2900 kilomètres avec seulement deux conducteurs ! La plupart des personnes qui traversent le désert sont des touristes avec la voiture chargée d’enfants et de valises. Mais il y aussi Heidi, une jeune Norvégienne, voyageuse solo, qui nous fait de la place trois fois dans sa petite voiture. Nous montons aussi dans le camping-car de Norris, qui n’a pas oublié ses origines anglais ni ses biscuits : chaque heure ou deux, le « Tea Time » rythme la journée. Norris profite de sa retraite pour faire un tour d’Australie pendant cinq mois. Je crois qu’il est content d’avoir de la compagnie. Nous aussi, il est adorable et touchant. Nous passons finalement quatre jours ensemble et quatre nuits sur la couchette arrière.

Ce n’est pas courant de se faire offrir l’hospitalité dans un camping-car mais nous dormons souvent chez des membres du site couchsurfing, chez des conducteurs qui nous prennent en sympathie, ou par exemple chez Shawan qui nous aborde à la tombée de la nuit sur un parking de supermarché pour nous dire (devant nos yeux ébahis) qu’elle adorerait nous offrir le gîte et le couvert. Et oui, il y a des gens comme ça ! L’autre moitié du temps nous dormons sous tente en camping sauvage. Les parcs autour des églises s’avèrent être souvent de bons emplacements discrets.

Plus que 300 kilomètres avant Darwin ! Notre objectif est presque atteint mais aucune voiture ne s’arrête pour nous y emmener. Le camping sauvage à proximité des alcooliques indigènes du coin ne semble pas une option. Même le parc de l’église a été grillagé. Nous passons la nuit dans le camping d’Ilona. Au matin, la petite mamie nous demande où nous partons.

– « Nous allons faire du stop vers Darwin »

– « Je pars voir ma fille à Darwin dans une heure, je vous emmène ?

Si vous avez besoin d’un hébergement, vous pouvez faire quelques travaux dans le jardin de ma fille en échange du gîte et du couvert… »

C’est ce qui s’appelle un bon plan qui tombe du ciel ! Nous passons trois semaines à manger les gâteaux de l’adorable Julie. Elle nous raconte son quotidien de policière, ses histoires de familles, des anecdotes de crocodiles et de serpent. Nous lui parlons de voyages tout en cherchant un avion-stop ou un bateau-stop pour l’Asie…


Florence Renault réalise le tour du monde en auto-stop depuis plus de quatre ans. Retrouvez ses aventures sur son blog, sur sa page Facebook et regardez ses photos sur Instagram.

Photos : En auto-stop à travers le désert australien
5 (100%) 1 vote

0 commentaire

laisser un commentaire