1. Accueil
  2. Mes vacances
  3. Culture Travel
Le blog voyage by Chapka

Ces destinations touristiques qui glorifient ou sponsorisent le football

Le football est le sport le plus populaire du monde avec plus de 250 millions de joueurs réguliers, des milliards de fans situés aux quatre coins du globe et des pics d’audience télévisuels inégalables pendant les grandes compétitions internationales que sont la coupe du monde de la FIFA ou la phase finale de la ligue des champions. Le football est le sport roi, un phénomène culturel et social devenu au fil des siècles le terrain des grands enjeux internationaux. Bon, on laisse la politique à d’autres (quoique), chez Chapka, on s’intéresse surtout à l’univers du voyage, à ces endroits qui sont visités pour l’amour du football, à ces destinations qui espèrent l’être prochainement…mais à quel prix ?

Ces destinations touristiques brillent grâce au football

De nombreuses villes, quartiers et stades sont devenus de véritables destinations touristiques à part entière. Citons par exemple le quartier de la Boca à Buenos Aires, en Argentine. Aller voir un match dans le stade de la Bombonera vêtu d’un maillot jaune et bleu floqué Tevez ou Maradona, goûter au choripan (pain, saucisse et sauce chimichurri) et à la bière Quilmes est une expérience très riche culturellement, certainement ce qui se rapproche le plus du quotidien argentin. Les tour-opérateurs porteños l’ont bien compris et proposent des packs tout compris pour assister à des matchs des équipes locales.

Boca ou River ?

Autre continent, même recette. Cap vers Manchester et Liverpool en Angleterre, deux anciennes villes industrielles qui attirent de plus en plus de touristes en quête d’une expérience de vie bien plus british qu’à Londres. Découvrir les stades des Red Devils, des Reds ou des Toffees, boire une bière au pub avec les supporters, manger un fish & chips with mushy peas, voilà une certaine idée des vacances. Et si vous aimez le foot plus que de raison, vous pouvez dormir dans l’Hotel Football de Manchester, créé par l’ancienne gloire locale Ryan Giggs, à deux pas du stade Old Trafford.

Gagner en visibilité sur le terrain…

Auxerre, Guingamp, Lens…des petites et moyennes villes françaises connus de tous grâce au foot. Des exemples comme ça, il y en a partout en Europe et dans le monde.

A l’international aussi, certaines destinations moins visibles se font connaître aux yeux du monde entier grâce au football. Le faire par le biais d’exploits sportifs est extrêmement gratifiant. Par exemple, l’Uruguay et ses (seulement) 3,5 millions d’habitants, coincé entre le Brésil et l’Argentine, a su tirer son épingle du jeu grâce à ses bons footballeurs (Forlan, Cavani, Suarez), véritables ambassadeurs de la nation. L’Uruguay, qui a remporté deux coupes du monde de foot comme l’Argentine, et qui se targue d’être le berceau du tango et de l’asado comme l’Argentine, attire la curiosité et la sympathie. Mais difficile de savoir si les bons résultats footballistiques du pays ont eu un réel impact sur la fréquentation touristique (3 millions de touristes en 2019). Si vous êtes installé à Buenos Aires en PVT ou avec un visa étudiant, n’hésitez pas à traverser le Rio de la Plata pour découvrir Montevideo et Colonia del Sacramento. D’ailleurs, pour info, il est également possible de faire un PVT Uruguay !

le nom des pays du monde, les noms de pays du monde, étymologie
La main de Dieu à Punta del Este, Uruguay ?

…ou en investissant massivement dans le football

Pour gagner en visibilité, attirer des voyageurs et donc des devises internationales, certains pays utilisent ce qu’on appelle la technique (ou plutôt la politique) du « soft-power ». Il s’agit ici de la capacité d’un état à influencer un secteur économique comme le tourisme à travers des idéologies, des comportements socio-culturels comme par exemple la passion pour le football. L’exemple qui nous vient en tête automatiquement est celui du Qatar, qui a plongé la tête la première dans le business du foot. Tout d’abord en 2010 lorsqu’il obtient l’organisation de la Coupe du Monde 2022 grâce à sa puissance financière (et quelques pots-de-vin versés), puis un an après lorsqu’il s’offre le club du Paris Saint-Germain avec l’objectif d’en faire le plus grand club au monde. Le club parisien est détenu à 100 % par QSI (Qatar Sport Investments) filiale de QIA (Qatar Investment Authority), fond d’investissement souverain de l’émirat qatarien.

Quel visa pour visiter le Qatar ?
Doha au Qatar

Les concurrents du Qatar, Abu Dhabi et Dubaï ne sont pas en reste et sponsorisent indirectement de nombreux clubs de foot. La Holding Abu Dhabi United Group, qui assure ne plus être en lien avec le fond souverain d’Abu Dhabi (on n’y croit pas trop) contrôle une dizaine de clubs partout dans le monde : Manchester City mais aussi un club à Tokyo, à New York, à Melbourne et même le club de Troyes dans l’Aube. Pendant ce temps-là, la compagnie aérienne dubaïote Fly Emirates est le sponsor de nombreux clubs huppés comme le Milan AC, Arsenal, Lyon ou le Benfica Lisbonne.

L’an dernier, le Bahreïn, micro-état de la région, est entré au capital du Paris FC, club de deuxième division française.

Ces émirats ont cherché à se diversifier par rapport à l’économie pétrolière, elles ont donc misé sur le sport pour améliorer leur image et devenir des destinations touristiques tendances. A ce petit jeu-là, Dubaï a une longueur d’avance et attire les touristes du monde entier (16,7 millions de touristes en 2019 à Dubaï contre 2,1 millions pour le Qatar dont la réputation est entachée par les milliers de morts sur le chantier de la coupe du monde 2022). Pendant la pandémie de Covid, l’émirat de Dubaï a créé un visa pour les télétravailleurs !

Du Rwanda à l’Azerbaïdjan, les destinations touristiques s’affichent sur les maillots de foot

« Visit Rwanda », « Azerbaïdjan, land of fire », ces messages, on peut les lire respectivement sur les maillots de football du Paris Saint Germain et de l’Atletico Madrid. Historiquement, les sponsors des maillots de foot étaient des marques de voitures ou d’électroménager grand public, des chaînes de restauration rapide, des compagnies d’assurance, des opérateurs téléphoniques, bref des marques identifiables et connus des supporters locaux. Il faut maintenant composer avec des marques…ou plutôt des slogans de destinations touristiques.

L’objectif est de redorer le blason de ces pays qui n’ont pas toujours bonne presse en Europe. Dans la tête d’un Français, le Rwanda est ce pays d’Afrique où un million de Tutsi ont été massacrés lors du génocide de 1994, pas cette destination touristique en devenir spécialisée dans les safaris. Idem pour l’Azerbaïdjan, certes un pays magnifique, mais régulièrement qualifié de dictature par les médias et classé 166e sur 180 pays par Reporters sans frontières en matière de liberté de la presse. Cela n’empêchera pas la capitale Bakou d’organiser 4 matchs de l’Euro 2020 de foot, qui sera joué à l’été 2021. Vous l’aurez compris, le football est facilement corruptible…

5/5 - (1 vote)

0 commentaire

laisser un commentaire