1. Accueil
  2. Mon Volontariat
  3. Inspiration volontariat
Le blog du voyage by Chapka

Comment trouver une mission volontaire qui vous correspond ?

Rechercher une mission volontaire qui vous correspond n’est pas une chose facile. Lorsque l’on commence les recherches, on se retrouve vite perdu au milieu de toutes les associations et ONG existantes. Comment savoir si l’ONG est honnête ? Comment faire la part des choses et trouver la mission qui vous correspond ? Serais-je vraiment utile pour cette mission ? Pour répondre à cette question, nous avons interrogé Florence et Yohann, deux soignants qui ont déjà un bon nombre d’expériences à leur actif. Ils ont bien voulu nous parler de leurs expériences et nous donnent quelques conseils pour vous poser les bonnes questions avant de choisir votre mission.


Humanitaire, volontourisme, volontariat, bénévolat : décryptage d’un univers complexe.


Pour commencer notre réflexion, posons les bases avec quelques définitions qui nous ont été données par Florence et Yohann.

1/Humanitaire

Le terme d’humanitaire est un mot un peu fourre-tout et les gens en général l’utilisent à tort et à travers. On distingue  2 types d’aide dans l’humanitaire :

  • l’aide d’urgence qui est une démarche qui s’inscrit dans la rapidité
  • l’aide au développement qui est une démarche qui s’inscrit dans le temps.

Le voyage humanitaire ou la solidarité internationale est une forme de voyage où l’on met l’humain au centre de son activité, de son voyage et on devient acteur de celui-ci et non plus spectateur.

Le point de vue de Florence et Yohann :

Pour moi, le monde de l’humanitaire est un secteur qui aujourd’hui a besoin de professionnels, de personnes qualifiées avec un savoir-être et un savoir-faire. Des personnes animées par une réelle volonté d’aider sur un terrain international, mais aussi avec des qualifications pointues.  Les humanitaires aujourd’hui sont des gens à niveau BAC+3/BAC+5 : hydrogéologues, infirmiers, chefs de mission, logisticiens, responsables logistiques, techniciens de laboratoires, coordinateurs de projet…

2/Volontariat

Activité à temps plein avec contrepartie financière

Exemple : Chez MSF, certains médecins sont salariés de l’ONG, ils disposent donc d’un contrat de travail et c’est leur activité principale. Ils sont volontaires.

3/ Volontourisme

Le terme de volontourisme est la forme plus spontanée de celui-ci, la forme la plus « mercantile ». Un Responsable Asie à Solidarité Laïque décrit le volontourisme comme une activité ponctuelle, de 1 à 2 semaines, qui est à l’opposé des missions humanitaires qui s’inscrivent plus sur la durée. C’est une forme de tourisme qui rencontre un franc succès depuis plusieurs années. Certaines personnes sont vraiment animées d’une volonté d’aider la population durant leur voyage et certains voyagistes l’ont bien compris. En effet, ce tourisme alternatif enregistre une croissance d’environ 10% par an pour un chiffre d’affaires global de 150 millions de dollars.

Le point de vue de Florence et Yohan :

Je suis contre le volontourisme, cette manière de voyager où l’on paye une prestation tout inclus. Je pense qu’il est possible de faire du bénévolat seul, sans payer, en réalisant les démarches pour son propre compte en trouvant la petite adresse que l’on partage entre voyageurs au détour d’une discussion. C’est parfois un travail assez lourd de préparation, mais on peut en retirer plus de satisfaction, car c’est un périple abouti.

En partant pour notre road trip au Brésil, nous avions chargé notre van de pansements et de compresses que nous avons pu donner à un centre de santé qui accueille des personnes âgées abandonnées à Fortaleza dans l’état du Ceará. Ils nous ont remerciés en nous offrant le repas et en nous faisant visiter la structure. Cette association, nous l’avons connue par hasard en discutant avec des étudiants infirmiers brésiliens. C’est une forme de solidarité internationale que je trouve respectueuse et sans impact négatif.

N’hésitez pas à consulter certains billets de blog de personnes qui donne leur avis sur ce type de volontourisme et donne d’autres pistes :

4/ Bénévolat

C’est une activité non encadrée par la loi. Une activité à temps partiel sans contrepartie financière.

Exemple : Florence a été photographe pour l’ONG Médecins du Monde en Guyane pendant 3 mois. Cette activité bénévole fut réalisée durant son temps libre et ne faisait appel à aucun salaire ou indemnisation. C’est du bénévolat.

Le conseil de Florence et Yohann :

Pour les voyageurs souhaitant donner un sens à leur voyage, il est aussi possible de regarder du côté de Travel with a mission (TWAM), association créée par Ludovic Hubler, elle met en relation les TWAMHOST (les institutions qui accueillent) et les TWAMERS (les voyageurs). Ce projet permet la rencontre entre individus souhaitant partager un savoir/une compétence/une expérience à des institutions comme des écoles, des hôpitaux ou des entreprises autour du globe.


Comment trouver la mission qui vous correspond ?


1ere étape : la réflexion

Une mission volontaire, ça se prépare. En amont, il y a des questions à se poser :

  • Mon action aura-t-elle un impact positif sur la population locale ?
  • Aider à repeindre l’hôpital de la ville, d’accord, mais mon action ne va-t-elle pas priver un local de son travail ?
  • Donner des cours de français ou d’anglais à des adolescents, oui, mais est-ce que j’ai une formation dans l’éducation et l’encadrement ?
  • Ne vaut-il pas mieux faire un don pour former un local pour qu’il puisse occuper cette fonction et ainsi la pérenniser ?
  • Aider dans un orphelinat, oui, mais ai-je des compétences validées dans la petite enfance ? Les enfants ont besoin d’amour et de tendresse, oui, mais justement comment vont-ils réagir quand vous allez quitter la structure au bout de 2 semaines ? Ils vont subir un énième départ, qui sera vécu de nouveau comme un abandon, un de plus ?
  • ET surtout est-ce que je veux me rendre utile parce que ça ME fait du bien ?

Attention : Il faut aussi faire le point sur ses compétences et sa capacité à évoluer dans un environnement parfois à 100 000 lieux des standards occidentaux. Sensible s’abstenir…

2e étapes : les recherches

Une fois le temps de la réflexion passé, voici comment délimiter vos recherches :

  • La première étape : savoir dans quelle zone géographique vous souhaitez vous rendre et quelles sont les compétences que vous pouvez apporter sur place.
  • La deuxième étape : se rapprocher des acteurs locaux et des associations qui sont sur place depuis plusieurs années.

3ème étape : le choix  de l’association ou de l’ONG

Les organismes ne manquent pas. Depuis la France, il est possible de trouver des missions ou des chantiers avec le Service CiviqueFrance Volontaire , l’Institut de Coopération Internationale, Association Sœur EmmanuelleLa Délégation Catholique de CoopérationLa Guilde, le Service Volontaire International.

Attention : Il faut bien se renseigner en amont sur l’organisme et la mission choisie. Il faut partir avec des ONG qui ont pignon sur rue et qui sont implantées dans le pays depuis plusieurs années et qui connaissent la situation locale. N’hésitez pas à la questionner. Pour vous aider à vous poser les bonnes questions, l’organisme Tourism Concern qui fait la promotion d’un tourisme qui profite aux populations locales a mis au point un questionnaire qui permet de faire le point sur ses motivations avant de partir :

  • Comprenez-vous les valeurs et les objectifs de votre organisation choisie ? Vos propres valeurs et objectifs sont-ils compatibles ?
  • Quel type d’organisation est-ce ? (bienfaisance, ONG, à but lucratif, etc.). Cela affecte-t-il la façon dont ils conçoivent des programmes de travail et des projets individuels ?
  • Comment fonctionnent-ils avec la communauté locale ?
  • Est-ce qu’ils travaillent en collaboration avec une organisation partenaire locale ? Si oui, découvrez qui est ce partenaire et essayez d’en savoir plus au sujet des relations qu’ils entretiennent.
  • Quel travail allez-vous effectivement faire sur place ? Une bonne organisation avec des programmes bien gérés devrait être en mesure de vous dire plusieurs mois avant de vous déplacer où vous irez et exactement ce que vous allez faire.
  • Quelle formation aurez-vous avant de partir et combien de formations aurez-vous sur place ?
  • Pouvez-vous parler (ou contacter par l’intermédiaire des médias sociaux) les précédents bénévoles qui ont eu un rapport avec ce projet et/ou l’organisation ?

Les expériences de Florence et Yohann


Pouvez-vous nous parler d’une mission en particulier ?

Durant 3 mois, Florence a fait partie de l’ONG Médecins du monde mission Guyane. Si au départ, son activité était d’accompagner les soignants sur le terrain et de réaliser des clichés des missions pour la cellule communication de MDM Guyane, durant son temps libre, elle a aussi réalisé des tâches administratives au sein du siège comme de la saisie informatique.

Ce bénévolat lui a permis de mieux comprendre les problématiques d’immigration en Guyane ainsi que d’autres aspects de la vie guyanaise. Sans avoir réalisé ses missions avec MDM, elle serait passée à côté de certaines difficultés que peuvent vivre certains Guyanais et Brésiliens. Pointer ces difficultés lui a permis de mieux prendre en charge et de comprendre certains comportements de ses patients lors de ses prises en charge à la clinique.

Est-ce qu’elle a signé un contrat ?

Non, car Florence était bénévole. Par contre, elle a signé une charte de bénévolat.

Que vous apportent vos missions sur un plan professionnel et personnel ?

Beaucoup de choses. C’est un véritable enrichissement sur le plan humain et personnel. Ces missions permettent de se confronter à une nouvelle réalité et bousculent les idées reçues. Elles permettent d’avoir une vision plus juste des problématiques qui nous entourent et des difficultés des plus démunis. En définitive, nous avons toujours l’impression qu’elles nous apportent plus que ce que l’on donne. Après une journée de bénévolat, je ressors grandi de tous ces échanges et de tous ces sourires échangés. Faire de la solidarité internationale peut être aussi à double tranchant, on n’idéalise pas mal de choses avant de commencer et on se rend compte que l’ONG choisie n’est pas forcement en adéquation avec ses aspirations. C’est pourquoi il faut bien choisir son ONG avant de partir et être en accord sur la philosophie de celle-ci.

Comment se passe votre tour de l’Amérique latine ?

Depuis 3 mois, nous avons quitté la Guyane Française avec notre van VW pour traverser le Brésil du Nord au Sud. Aujourd’hui, après avoir rencontré quelques galères avec le véhicule, nous sommes à Rio de Janeiro et remontons vers la capitale Brasilia pour y stocker le van pendant 1 an. En effet, Florence est enceinte de 6 mois et il nous est difficile de continuer de voyager sans prendre de risque. Durant ces 3 mois, nous avons pu en savoir plus sur les différentes façons de soigner au Brésil en rencontrant des soignants locaux. Les Brésiliens sont des gens incroyablement accueillants et qui ont le coeur sur la main. Certains Brésiliens rencontrés sont devenus aujourd’hui des amis !

Quels sont vos projets futurs ?

Après 3 mois, à voyager au Brésil à bord d’un van VW, nous avons justement réalisé que ce type de projet (Care Conception) devait passer par une professionnalisation. Pour travailler dans la solidarité internationale, être professionnel de santé ne suffit pas, il faut se spécialiser pour être armé et avoir de solides connaissances en médecine tropicale et infectieuse et tout ce qui concerne la gestion de crise dans un contexte de faible ressource… Nous allons donc reprendre nos études par la suite (et accessoirement nous allons aussi avoir un bébé !). Le voyage et la découverte seront quand même de la partie pendant ce laps de temps. Notre van, quant à lui, reste au Brésil dans la ville de Brasilia, nous reprendrons notre découverte de l’Amérique du Sud dès 2017 quand le bébé aura un peu grandi !

Comment peut-on vous soutenir ?

En nous suivant tout simplement sur les réseaux sociaux ! Sur Facebook : Floetyo, Instagram : @floetyo, Snapchat ID : yowane et sur notre blog : Floetyo.

Qui sont Florence et Yohann et leur association Care Conception ?

Nous sommes tous les 2 professionnels de santé. Yohann, 35 ans, est infirmier et Florence, 31 ans, est manipulatrice en électroradiologie médicale. Care Conception est une association et un projet qui nous amène aux 4 coins du globe pour en savoir plus sur les différentes façons de soigner à travers le monde. C’est aussi une communauté de soignants nomades francophones. Notre but est d’encourager l’apprentissage des autres identités culturelles, favoriser les relations interculturelles et de faire comprendre l’importance de la solidarité.

Comment trouver une mission volontaire qui vous correspond ?
Notez cet article

0 commentaire

laisser un commentaire