1. Accueil
  2. Mon tour du Monde
  3. Inspiration Tour du Monde
Le blog voyage by Chapka

On part quand ? Deux tourdumondistes nous parlent de leur expérience !

On vous présente Laure et Arnaud, 25 et 28 ans ! Depuis quelques mois maintenant, ils sont tourdumondistes.

Il y a 10 mois nous avons décidé de tout quitter, de partir sur les routes du monde et d’en parler sur notre blog. Aujourd’hui, nous n’avons plus d’appartement, plus de travail, ni même de voiture mais nous avons le monde à portée de main.

Arnaud a quitté son CDI en bureau d’études lorsque Laure a terminé ses études dans le développement culturel.

Découvrez l’expérience de deux tourdumondistes qui vous donnera envie de sauter le pas !

Pouvez-vous expliquer votre projet ?

Notre voyage s’apparente à un “tour du monde”, nous souhaitions visiter des pays sur trois continents : Amérique du Sud, Asie et Océanie. La différence que nous avons avec les tourdumondistes « classiques » c’est que nous avons fait le choix de partir sans billet tour du monde. Ainsi, en mars 2016 au moment de notre départ, nous avions notre date d’arrivée au Costa Rica et… c’est tout ! Nous décidons de tout notre itinéraire en même temps que nous voyageons et nous mettons un point d’honneur à respecter nos envies. On prend le temps de voyager à notre rythme.

Nous voulions avant tout que ce voyage nous ressemble et soit empreint de découvertes naturelles et culturelles et on ne savait pas vraiment à quoi nous attendre en partant. Nous n’avions que très peu préparé notre itinéraire en nous disant que le hasard des rencontres guiderait nos pas. Il y a des choses que nous voulons absolument voir comme le Machu Picchu ou le Salar d’Uyuni par exemple. Ainsi que des endroits qui nous attirent irrésistiblement comme l’Indonésie !

Qu’est-ce que vous espérez de ce tour du monde ?

Nous n’espérons pas grand-chose de ce voyage mise à part une bonne dose de découverte et de liberté ! Il s’avère qu’au jour où nous écrivons ces lignes, le voyage nous a apporté certainement plus que nous l’imaginions. Nous avons fait de belles découvertes et de magnifiques rencontres mais nous avons aussi pu ouvrir les yeux sur certains aspects du monde et des sociétés dans lesquelles nous vivons.

Chaque jour, on espère rencontrer de nouvelles personnes, inspirantes, étonnantes ou justes sympathiques qui nous apprendrons de nouvelles choses sur leur pays . Nous pensons que le meilleur moyen de profiter pleinement de ce que nous offre le voyage c’est de ne rien anticiper, de ne rien espérer, de ne rien attendre. C’est, en effet, dans ces moments de trop grandes espérances que nous avons été le plus déçus. Par exemple, nous attendions beaucoup de l’Argentine et c’est finalement un pays qui, pour ce qu’on en a vu, ne nous a pas autant fait vibrer que nous l’imaginions… Ou encore, le Machu Picchu, pour lequel le côté ultra touristique nous a dérangé durant la visite.

Où en êtes-vous dans votre itinéraire ?

En 10 mois, pour le moment, nous n’avons fait qu’un tiers du programme puisque nous avons passés 9 mois en Amérique du Sud ! Depuis le Costa Rica et un passage éclair au Panama, nous sommes allés en Colombie puis avons tout descendu en passant par l’Equateur, le Pérou et la Bolivie pour arriver jusqu’en Argentine où nous n’avons visité que le Nord et les chutes d’Iguaçu puis nous avons passé quelques jours au Brésil.

De là, nous avons pris un vol pour… la France ! Nous y avons passé un mois pour les fêtes de Noël tout en sachant que mi-janvier, un nouveau vol nous attendait direction l’Asie et plus particulièrement la Thaïlande ! La suite nous mène donc sur les routes de ce nouveau continent (qui nous est totalement inconnu) où l’itinéraire n’est pas vraiment fixé mais où nous avons certaines envies telles que la Malaisie, l’Indonésie et les Philippines. Puis nous terminerons ce périple de plus d’un an en Océanie entre la Nouvelle Zélande et la Polynésie Française… si le programme ne change pas d’ici là !

Pouvez-vous décrire votre souvenir préféré jusqu’ici ?

Nous avons des souvenirs préférés dans chacun des pays traversés : la semaine passée sur un catamaran en Guadeloupe, la douceur de vivre au Costa Rica,  la Ciudad Perdida en Colombie, notre rencontre avec des baleines en Equateur, nos treks au Pérou, l’Amazonie en Bolivie… C’est très difficile de choisir un souvenir préféré. En Colombie cependant, nous avons fait la rencontre de Truman et Annie pendant notre volontariat chez eux, dans le canyon de Combeima à quelques heures de Bogota. Plus qu’un simple volontariat, ces trois semaines passées avec Truman et Annie étaient un véritable échange. Ils nous ont accueillis à bras ouverts et traités comme si nous faisions partis de leur famille. La générosité et la sympathie colombienne à l’état pur dans un environnement magique où la nature est omniprésente. Bref, un autre souvenir inoubliable.

Avez-vous eu des galères ?

Pour être honnêtes, nous n’avons jamais vraiment eu de galère… pour le moment (et espérons que cela dur !). Rien à signaler à part une vaine tentative d’agression sur Arnaud à Bogota, le vol de la moitié de ses vêtements au Brésil, refaire un plombage en Colombie et quelques soucis de tourista au début de notre voyage. Des petites galères qui au final n’en sont pas vraiment car ne nous ont pas mis dans l’embarras. Ceci dit, certaines arrivées dans des villes furent épiques comme la fois où personne n’était là pour nous accueillir à l’hostel de Panama City alors que nous venions de passer 24h dans un bus et que nous nous étions bien perdus avant d’arriver à la bonne adresse… Ah et puis, en Argentine nous avons connus quelques galères de stop : une fois, nous avons passés 1 jour et demi sur le bord de la route à Cafayate. PERSONNE ne voulait s’arrêter… C’est finalement un chauffeur et son 48 tonnes, qui s’est proposé de nous emmener jusqu’à notre destination, une demie heure avant qu’on craque et prenne le bus.

Quelle a été votre meilleure rencontre ?

Il y a eu tellement de rencontres pendant ces 9 mois de voyage, c’est encore une question difficile. Nous avons pu faire de très jolies rencontres à l’occasion de différentes activités. Nous avons par exemple rencontré un papy et une mamie au Pérou qui ont accepté de nous faire à manger alors que nous étions au milieu de nulle part et que nous n’avions rien pour manger. Ils nous ont accueilli chez eux, nous ont fait bien plus à manger que prévu et nous avons partagé un très beau moment avec eux. C’est une rencontre parmi tant d’autres car je pourrais aussi vous parler du couple qui nous a accueilli sur son catamaran en Guadeloupe ou de Miguel chez qui nous avons fait un petit volontariat en Argentine et qui a le cœur sur la main.

Avez-vous ramené des souvenirs de pays que vous avez visité ?

Nous avons fait le choix de partir avec des petits sacs (55L pour Arnaud, 40L pour Laure) nous n’avons donc pas la place pour les souvenirs, sauf s’ils sont minuscules… Disons que nos souvenirs sont principalement des petits bracelets qu’on accumule à nos poignets, des écussons qu’Arnaud coud à son sac par exemple. Cependant, au Pérou, Laure a trouvé un très joli petit carnet fait à la main sur une foire de créateurs à Lima et en Argentine, nous avons chacun ramené un maté et une paille à maté. Arnaud est devenu accro à ces herbes et Laure se servira de la paille pour boire son thé en vrac ! Puis, en Bolivie, nous en avons profité pour faire tout un tas de cadeaux que nous avons envoyé en prévision de Noël, pour nos proches.

Quelles expériences inédites avez-vous testé ?

Inédites ? Que personne n’aurait jamais fait ? Rien du tout. En revanche, nous avons tenté (et échoué…) l’ascension du Huayna Potosi en Bolivie, un sommet qui culmine à 6088 m d’altitude dans la Cordillère Royale. Cette expérience était inédite pour nous car nous n’avions jamais ni fait d’alpinisme, ni été aussi haut en altitude. Malheureusement, nous n’avons pas pu atteindre le sommet. Malgré tout, cette expérience aura été très enrichissante pour ce qu’elle nous a appris sur nous-même et ce qu’elle nous a donné l’occasion de vivre : c’est pas tous les jours que nous montons à 5500 m d’altitude, sur un glacier, en pleine nuit et que nous pouvons admirer les lumières de La Paz en contrebas.

Avez-vous des conseils pour les futurs tourdumondistes ?

Notre principal conseil, c’est de ne pas se poser trop de questions. Quand on prépare son voyage, on se pose un milliard de questions (et c’est normal !). On a l’impression que les choses peuvent être compliquées à l’étranger, que l’on va avoir besoin de trucs dont on ne se sert jamais en France etc. En fait, dès les premiers jours, on se rend compte que tout est facile et que mise à part, maps.me pour le GPS et un filtre à eau, on n’a pas besoin de plein de petits gadgets qui s’accumulent. Ils finissent par peser lourd dans le sac. On se rend vite compte que l’on peut trouver presque tout ce que l’on veut sur place (tant que ce n’est pas trop spécifique) et surtout, qu’il y a toujours quelqu’un pour nous aider et nous renseigner. Alors, on respire un grand coup, relax, tout va bien se passer 😉 (et ce conseil est aussi valable pour les parents de tourdumondistes ;))

On part quand ? Deux tourdumondistes nous parlent de leur expérience !
Notez cet article

1 commentaire

Fiat
Fiat

3 janvier 2017

Top ces commentaires. ...merciiiî

Répondre

laisser un commentaire