1. Accueil
  2. Mon tour du Monde
  3. Inspiration Tour du Monde
Le blog voyage by Chapka

Rencontre avec Wafa et Bertrand, un couple qui a fait le tour du monde

Wafa et Bertrand, 32 ans et toutes leurs dents, rentrent tout juste de leur tour du monde d’un an. Une jolie parenthèse pour le couple qui, avant de partir autour du globe, travaillait dans le monde de la finance. La Sudiste et le Messin nous racontent leurs découvertes et leurs bons plans. Ça donne envie de voyager !

Comment avez-vous défini votre itinéraire ?

Chacun d’entre nous avait fait sa liste au Père Noël. Nous avions beaucoup de pays dans notre radar. Il a donc fallu rationaliser la liste en nous concentrant sur les pays que nous voulions absolument visiter. Il fallait aussi prendre en compte le coût de la vie sur place, l’accessibilité des pays. Notre budget étant serré, nous avons rapidement éliminé les pays « chers ».

Nous nous sommes mis d’accord sur une liste finale qui allait nous servir de ligne conductrice, pas plus. Garder une marge de liberté infinie était important pour nous. Comme cette liste n’était pas figée, nous avons pu rajouter un pays en cours de route (la Polynésie Française), prolonger notre séjour entre le Chili et l’Argentine de cinq semaines à deux mois et demi ; et surtout nous n’avons pas pu aller au bout de notre programme car nous avons pris le temps dans certains pays, pour notre plus grand bonheur.

Il fallait faire aussi attention de ne pas tomber dans un « piège », un endroit attrayant où tu peux rester quelques semaines sans voir le temps passer.

Vous avez commencé votre voyage en Chine. Quelles sont les régions que vous recommandez ?

Les villes historiques chinoises sont très belles. Nous pensons notamment à Pingyao, Dali ou Lijiang. On a l’impression de voyager dans le temps quand on y est. Mais leur plus grand inconvénient est le nombre de touristes qui s’y trouvent. Cela gâche pas mal l’effet « historique », et c’est pour cela que nous avons souvent essayé de prendre des vélos et de sortir de ces villes à la découverte de villages typiques les entourant, et on a rarement été déçu.

Mais les endroits qui nous ont offert un dépaysement total en Chine sont, sans hésitation, l’ouest du Shichuan et du Yunnan. La culture tibétaine est la dominante dans ces zones et on trouve des endroits retirés où même le touriste chinois ne se rend pas. La nature et les paysages sont à couper le souffle… Dans le Sichuan, on est dans les steppes tibétaines telles qu’on les imagine. Les villages sont typiques, les gens aimables malgré les conditions dures de vie. L’impression d’immensité est profonde. On se sent petit.

L’ouest Yunnan nous a offert des paysages encore différents : la montagne et la forêt. Ici nous sommes allés à la rencontre de glaciers, et on en est resté ébahis.

Nous recommandons particulièrement le village de Tagong et le trek de Yubeng.

le monastere de Tagong en Chine

Le monastère de Tagong

On entend souvent dire qu’il y a de fortes disparités entre les Vietnamiens et les Laotiens. Avez-vous une analyse à faire ?

Le pays que l’on a le moins aimé en un an de voyage, c’est le Vietnam. C’est un pays où sortir des sentiers battus est assez compliqué (sauf si on voyage à moto). Aussi, nous avons vécu pas mal de mésaventures humaines au Vietnam. On a essayé de nous arnaquer ouvertement. La gentillesse et l’honnêteté ne courent pas les rues, du moins dans l’axe touristique nord-sud. Cependant, nous avons fait quelques belles rencontres.

Au Laos, c’était différent. La relation touristes-locaux est plus soft. Les Laotiens sont généralement d’une grande gentillesse.

Que faut-il absolument visiter au Myanmar ?

Il faut découvrir la bonté humaine. Ce qui fait la particularité du Myanmar, c’est l’accueil chaleureux de son peuple. Les paysages sont très beaux, mais pas plus qu’au Laos ou qu’en Chine. Le lac Inlé reste par contre un des plus beaux endroits qu’on a aperçu en Asie.

le lac Inlé au Myanmar

Le lac Inlé.

Le Myanmar est un pays particulier. Il est composé de différents groupes ethniques. Les différences culturelles se voient d’une région à l’autre. Creuser dans ce sens enrichit le voyage. L’importance de la religion est passionnant. Ici, deux mondes cohabitent : celui des gens normaux dans les villes et villages et celui des religieux dans les temples et monastères de ces mêmes villes et villages. L’un rend service à l’autre, l’un d’un point de vue matériel et l’autre d’un point de vue spirituel. Et cela fait pas mal réfléchir sur ce qui se passe aujourd’hui dans le monde.

Après la NZ et avant l’Amérique du sud, vous êtes allés en Polynésie Française. Pourquoi cette étape ?

C’est au Myanmar que nous avons eu l’idée d’aller en Polynésie Française. Nous avions vu qu’un voyage alternatif était possible, loin du tourisme de luxe. Nous n’avons donc pas hésité longtemps à décaler les dates des vols déjà réservés et avons acheté nos billets pour Tahiti. À vrai dire, arriver aussi proche de ces archipels et ne pas y aller nous paraissait dommage, surtout quand on sait combien de temps il faut pour accéder à cette zone depuis la Métropole. Et nous n’avons pas regretté notre choix, les lagons à eau turquoise et la faune marine nous ont ravis, sans parler de la générosité des habitants.

se baigner a Bora Bora

Baignade à Bora Bora.

Entre le Chili et l’Argentine, où est-ce que vous pourriez vivre plusieurs mois ?

Nous sommes tombés amoureux de la Patagonie et nous avons eu du mal à la quitter. C’est le froid qui nous a poussé dehors. D’un autre côté, nous avons adoré le Chili. C’était une merveilleuse expérience humaine et avons maintenant des amis chiliens un peu partout dans le pays, donc naturellement si on devait vivre dans un des deux pays, ce serait le Chili. Après, Buenos Aires ressemble pas mal à Paris, ça nous rappelle la maison.

La solution : faire bouger Buenos Aires au Chili et la peupler de Chiliens !

Si vous ne deviez retenir que trois treks dans votre tour du monde…

Il y en a tellement ! Commençons par celui du Rinjani à Lombok en Indonésie, notre premier trek avec une nuit en tente. Ce fut très physique mais nous nous sommes surpris à le terminer la tête haute. Nous retiendrons le moment où on est arrivé au cratère à la fin du premier jour, pile pendant le coucher de soleil. On était submergé par une vague de bonheur et on se prenait dans les bras : on venait de finir une ascension des plus dures, tous mouillés par la pluie et grelottant de froid à cette altitude.

trek a Rinjani en Indonesie

Un bon groupe pour le trek de Rinjani

L’autre super trek est celui du mont Fitz Roy en Argentine. Nous étions en Patagonie pendant l’automne et les paysages étaient d’une incroyable beauté. C’était un trek de huit heures, l’aller-retour en une journée et nous l’avons fait avec trois voyageurs, deux français et une suissesse, qui sont devenus nos amis depuis. La particularité de ce trek est qu’on n’arrête pas d’en prendre plein les yeux. Puis, quand nos têtes précèdent nos corps à la dernière montée et qu’on aperçoit les sommets déchiquetés du mont avec le lac émeraude en bas, on n’en revient pas.

Wafa et Bertrand devant le Fitz Roy

Une jolie vue sur le Fitz Roy

Toujours en Amérique du Sud, on conseille le Condoriri en Bolivie, à moins de deux heures de La Paz.  Un trek en pleine terre andine qui commence à plus de 4 200 mètres d’altitude. C’est un des plus durs physiquement à cause des effets de l’altitude qu’on ne peut pas contrôler. La nuit, il faisait un froid glacial. Nous avons pu traverser un col de plus de 5 000 mètres d’altitude et ce malgré la respiration difficile à ces altitudes. Nous avons aussi dormi aux pieds de sommets mythiques et sacrés : le Codoriri et le Wayna Potosi, dans des refuges sommaires certes mais avec des étoiles plein les yeux, littéralement, tellement le ciel était clair.

des lamas en Bolivie

Et trois baignades…

Le lagon de Bora Bora, en Polynésie Française en fait évidemment partie. Les sept bleus de la mer, les requins de récif, les raies, ça donne le sourire.

Nous avons aussi adoré la plage El Pilon, dans la péninsule de La Guajira en Colombie, près de Cabo de la Vela. Nous avons marché une heure dans le désert pour atteindre cette plage et la mer des Caraïbes. Les falaises sont ocres, ce qui donne la couleur au sable. L’eau est vert émeraude, translucide et rafraîchissante.

la plage d'El pilon en Colombie

La sublime plage d’El Pilon.

Enfin, nous citerons Crab Cray à Providencia, une île colombienne dans la mer des Caraïbes, au large du Nicaragua. L’îlot est entouré d’une mer aux sept tons de bleu aussi. La vue depuis le sommet de l’îlot est captivante. On nage avec des petites tortues qui n’ont pas l’air de se soucier de la présence humaine, ainsi qu’avec plusieurs types de poissons, un vrai aquarium. L’eau est translucide et d’une clarté impressionnante. Pour nous, Providencia et Crab Cay restent ce qu’on a vu de plus beau dans les Caraïbes jusque-là.

Crab Cay sur l'ile de Providencia

L’eau turquoise de Crab Cray.

Citez-nous trois activités improbables que vous ne pensiez pas faire pendant ce tour du monde.

Ce qui nous vient à l’esprit, c’est le voyage en camper van. Nous n’avions jamais expérimenté ce mode de voyage avant la Nouvelle-Zélande et nous avons beaucoup aimé puisque le fondement est basé sur la liberté totale. Notre van, c’était à la fois notre mode de transport et notre maison. C’est le meilleur moyen de découvrir ce magnifique pays.

tour de la nouvelle zelande en van

Le fameux van en Nouvelle-Zélande.

Côté expériences insolites, nous avons dormi dans un monastère au Myanmar. C’est un Français passionné du pays qui nous a encouragé à le faire. Nous avions beaucoup entendu parler des expériences spirituelles dans les monastères bouddhistes. Or, la notre n’avait rien de spirituelle. Le moine a esquivé ses heures de méditation et de prières pour nous accompagner au café du coin. Nous avons beaucoup ri de cette expérience pleine d’anecdotes.

Enfin, nous avons joué le rôle d’explorateurs le temps d’une traversée de 30 heures en bateau, parcourant le détroit de Magellan et le Canal de Beagle, de Punta Arenas à Puerto Williams en Patagonie chilienne. Cette traversée nous a emmenés au bout du bout du monde : le dernier village habité avant l’Antarctique. Nos compagnons de voyage étaient des otaries, des dauphins austraux et des baleines.  Une expérience exceptionnelle que nous recommandons à toute personne voulant baigner dans une atmosphère de bout du monde.

Retrouvez leurs aventures sur leur blog Vagaborders mais aussi sur Facebook.

Rencontre avec Wafa et Bertrand, un couple qui a fait le tour du monde
4.9 (97.14%) 7 votes

0 commentaire

laisser un commentaire