1. Accueil
  2. Mon tour du Monde
  3. Inspiration Tour du Monde
Le blog du voyage by Chapka

Un road trip en Amérique du Sud en van et sans prendre l’avion c’est possible !

C’est le défi un peu fou que se sont lancées Noélie et Laurine, deux amies parties sillonner les routes d’Amérique du Sud en van. Et oui ! Elles sont comme ça nos assurées !

1ere étape : rejoindre l’Uruguay en Cargo !

Dans cette interview, elles nous expliquent comment s’y prendre pour la transatlantique avec un van, le déroulement de la traversée en cargo et enfin des risques et précautions à prendre lors d’un road trip en van à 2 femmes en Amérique Latine.

Pouvez-vous vous présenter rapidement et nous parler de votre projet et de votre itinéraire ?

Nous sommes deux amies de 26 ans et nous avons décidé de partir à l’aventure ensemble pour un voyage d’environ un an à travers les Amériques. Nous sommes arrivées à Montevideo (Uruguay) puis nous avons descendu la côte Est de l’Argentine par la route 3 jusqu’à Ushuaïa. Nous remontons désormais jusqu’en Colombie via le Chili, la Bolivie, le Pérou et l’Equateur. Notre projet initial est de remonter jusqu’au Canada mais nous ignorons pour le moment si nous pourrons arriver à traverser le canal jusqu’au Panama car les prix de la traversée en container pour le van sont très élevés.

Comment réserver la transatlantique en cargo ?

Après quelques recherches sur le net, nous avons lu que la compagnie italienne Grimaldi transportait des véhicules de particuliers jusqu’en Amérique du Sud. L’avantage avec cette compagnie, c’est que nous pouvons accompagner les véhicules et faire la traverser à bord du cargo. Nous avons donc contacté l’agence Catalina Cargo Conseil, un intermédiaire français, afin d’obtenir de plus amples informations et procéder à la réservation. Nous avons choisi de partir toutes les deux avec le combi que nous avons placé en « ro-ro », c’est-à-dire attaché en soute en compagnie des autres véhicules que transporte le cargo (et pas en container, donc). Nous avons dû nous y prendre quasiment un an à l’avance car les cargos sur cette ligne se font rares et n’acceptent seulement que 12 passagers maximum à bord.

Nous avons payé une avance de 1000 euros (sur les 4750 euros du prix total de la réservation) puis nous avons payé le reste un mois avant le départ. Il faut savoir que les dates de départ sont très changeantes : nous avons en effet dû changer quatre fois de date. Bien souvent, les départs sont reculés de deux à trois semaines. Ça a été le cas pour nous : nous devions partir le 03 août et nous sommes finalement parties le 22 août.

Le départ en cargo de Anvers

Comment s’est passée la traversée ?

Nous sommes parties du port d’Anvers en Belgique et sommes restées à bord 28 jours avant d’arriver à Montevideo (Uruguay). Nous étions 11 passagers pour 33 membres d’équipage (venant de Bulgarie et des Philippines). Nous avons été tous très bien reçus. Nous avions choisi une cabine sans hublot mais qui possédait tout le confort nécessaire : chacune notre lit (lits superposés), une armoire, une commode, une salle de bain avec douche, des toilettes, des rangements et même un bureau. Pour les repas, il s’agissait d’un buffet. Nous avons également fait quelques escales : Dakar, Conakry, Vitoria, Rio de Janeiro et Santos. Le capitaine nous a même autorisées à sortir au Brésil le temps que l’équipage charge et décharge les marchandises.

Quelles sont vos impressions de la transatlantique ?

Nous avons passé un très bon mois à bord. L’équipage était sympathique et nous a fait visiter le cargo, de la salle des machines à la salle de pilotage. Nous avons eu du beau temps, ce qui nous a permis de profiter de la mer sur le pont. Nous avions également une piscine à l’arrière du bateau, un simple container mais dans lequel il était bien agréable de se baigner ! Nous avons pu passer des soirées karaoké avec l’équipage et nous avons même eu un bizutage lors de notre passage de l’équateur. Nous considérons vraiment avoir vécu une expérience unique et nous recommandons à tous les voyageurs qui hésiteraient à tenter l’aventure : lancez-vous ! Vous ne le regretterez pas !

Comment se sont passés vos premiers jours en Amérique Latine ?

Nous sommes restées quelques jours à Montevideo après avoir débarqué du cargo histoire de s’acclimater et de ne pas prendre la route directement. Nous avons visité la ville et avons été surprises de constater que les prix étaient quasiment les mêmes qu’en France… Puis nous avons fait un volontariat d’une semaine, près de Fray Bentos, ce qui nous a permis de rencontrer des locaux et de nous familiariser avec la langue. Mais, trois mois après, on vous rassure, on ne comprend toujours pas la moitié des choses quand les gens nous parlent… Notre espagnol est désolant 🙂 !

Glacier du Perito Moreno Argentine

Vous sentez-vous en sécurité en van, à 2 femmes en Amérique Latine ? Y-a-t-il des précautions à prendre ?

Pour le moment nous n’avons eu aucun problème, que ce soit en Argentine, en Uruguay ou au Chili. Nous avons fait un important travail de recherches avant de partir afin d’établir une liste de bivouacs à priori sécurisés pour passer la nuit (mais toujours gratuits et hors camping). Nous ne prenons pas de risques inutiles et faisons attention aux endroits où nous nous rendons. Nous demandons aussi toujours des conseils aux voyageurs que l’on croise sur la route et ils sont nombreux !

Quel votre plus beau souvenir jusqu’à maintenant ?

Laurine : l’arrivée à Ushuaïa en Terre De Feu. C’était mon rêve depuis des années.

Noëlie : l’orage électrique qui a éclaté en pleine nuit à bord du cargo et qui a duré plus de trois heures. Les officiers m’ont autorisé à observer ce spectacle dans la cabine de pilotage. On aurait dit un feu d’artifice, il y avait des éclairs de tous les côtés et toutes les secondes.

Le Fitz Roy en Argentine

Avez-vous une première galère à nous raconter ?

Nous nous sommes embourbées à la sortie d’Ushuaïa et nous nous sommes ensablées dans la ville d’El Calafate en cherchant un bivouac tranquille sur la plage. Rien de bien grave car nous avons eu de l’aide tout de suite de la part des locaux et même d’une famille française voyageant en camping car. Heureusement, les deux fois, nous n’avons pas été coincées plus d’une heure. Pour l’instant, ce sont nos seules galères et on croise les doigts pour que ça reste ainsi 😉 !

Un dernier conseil pour la route ?

Pour rencontrer des locaux, n’hésitez pas à vous inscrire sur le site Couchsurfing !

L’idée du site  est de voyager à travers le monde tout en étant logé gratuitement chez les membres de la communauté appelés les couchsurfers. Ils peuvent aussi vous offrir un café ou vous faire visiter des endroits sympas. C’est génial pour se faire des nouveaux amis et découvrir des lieux qui ne sont pas dans les guides touristiques. Et puis, quand vous rentrerez en France, ça sera à votre tour d’accueillir des voyageurs, cela vous permettra de ne pas tomber dans la déprime post-voyage ;).


Merci à Laurine et Noëlie pour leur témoignage. Bonne route à toute les deux et nous espérons que vous réussirez à atteindre le Canada. Si vous souhaitez suivre leurs incroyables expériences en Amérique du Sud, rendez-vous sur leur blog : Avasoye.

Notez cet article

0 commentaire

laisser un commentaire