1. Accueil
  2. Mon PVT
  3. Generation Working Holiday Visa
Le blog voyage by Chapka

PVT Russie : une française l’a fait et témoigne !

Le PVT Russie c’est un peu un mystère …  On sait qu’il existe mais on a très peu d’infos sur le sujet et on ne connait à ce jour aucun français l’ayant fait. Ça c’était ce que l’on pensait jusqu’à la semaine dernière 🙂 ! En publiant les chiffres officiels des Français partis en Working Holiday Visa en 2014, nous avons fait la connaissance de Floriane. Elle nous a confirmé que contrairement aux chiffres publiés par le ministère des Affaires Etrangères, il y a au moins 1 Française qui a fait un PVT Russie en 2014 c’est elle ! 

Forcément nous n’avons pas résisté à lui poser des questions pour en savoir plus sur son expérience russe !

Voici ses réponses :

Qui es-tu ? Peux-tu te présenter rapidement ? 

Je suis Flo une ex-expatriée à Moscou.

Attirée par les voyages et l’expatriation, j’ai choisi de partir une fois mes études de communication terminées. J’ai vu ce voyage comme une réelle expérience, un moyen d’acquérir de nouvelles compétences qu’elles soient personnelles ou professionnelles.

Entre les démarches administratives, l’organisation du départ, le jour J et la vie sur place, personne ne peut dire d’un voyage qu’il ne l’a pas fait grandir. Même dans les expériences les plus négatives, il y a toujours du positif, il suffit de vouloir le voir!

Comment as-tu connu le PVT Russie ? 

J’ai connu ce PVT en cherchant désespérément un moyen de partir à Moscou. J’avais déjà pris la décision d’y aller, mon ami avait son visa étudiant, on avait déjà plein d’infos à propos de la vie sur place. Il ne me manquait que ce petit bout de papier m’autorisant à rester sur le territoire pour une durée plus ou moins longue.

Alors attention, avec le PVT Russie, pas question de rester 1 an sans travail. La durée initiale est de 4 mois seulement. Quant aux prolongations de visa avec obtention d’un contrat de travail, je n’ai pas encore eu de retours positifs à ce sujet. Il semblerait que ce soit un peu plus compliqué qu’il n’y parait, mais je n’attends qu’un retour d’expérience qui me prouve le contraire!

La vue du Kremlin à Moscou. crédit Photo : @MoscouByFlo

Quelles sont les démarches pour obtenir son visa pour la Russie ?

Vous pouvez retrouver les démarches sur le site de l’ambassade de Russie.

Concernant la difficulté, je ne vais pas dire que c’est compliqué au risque d’en décourager certains, mais autant être claire : la patience et la motivation sont de mise.

La bête noire des candidats aux PVT Russie : le certificat médical. VIH, tuberculose, toxicomanie, chancre mou ou encore lèpre. La liste des examens est aussi longue qu’étonnante.

De manière plus générale, et c’est valable pour toutes démarches administratives d’ailleurs, veillez à vous présenter avec un dossier complet. Si, lors du rendez-vous à l’ambassade, il vous manque la moitié des pièces demandées, inutile de vous étonner si le visa vous est refusé ! Si au contraire votre dossier est complet, avec les photocopies au cas où, vous avez plus de chance de ressortir avec la banane !

 Peux-tu nous parler de tes premières semaines à Moscou ? 

Les premières semaines étaient les meilleures ! J’étais en phase de découverte, tout était possible. Je garde un très bon souvenir de cette période.

Le jour de mon arrivée, j’ai rejoint mon ami qui était arrivé une quinzaine de jours avant moi. C’était une chance car il avait déjà fait des recherches d’appartements pour moi et dès la deuxième nuit, nous avions une colocation provisoire.

Il m’a également aidé à apprivoiser le métro. Quand on ne parle pas un mot de russe, la première découverte est un peu effrayante. Puis on se rend compte que c’est en réalité très simple de s’y retrouver, même sans maitriser la langue ou l’alphabet.

Le premier mois, même si nous avions un toit provisoire, il a fallu trouver une autre coloc pour le long terme. Il existe de nombreux groupes sur les réseaux sociaux qui permettent d’entrer en relation avec ses potentiels futurs colocs ou de trouver son futur appart. Sans paperasse ni caution, les démarches sont plus simples qu’en France.

La plus grande difficulté si, comme moi, vous ne maîtrisez pas le russe, ce sera la barrière de la langue. L’anglais n’est parlé que par les jeunes générations plus éduquées, quant au russe, ne vous attendez pas à une progression éclair si votre niveau est proche de 0 à l’arrivée.

Un petit tour à St Pétersbourg : la Cathédrale St Sauveur sur le Sang Versé. Crédit photo : @Moscoubyflo

As-tu travaillé en Russie ? Est-ce facile de trouver un job ?

Se faire des sous en Russie quand on est français, c’est assez simple. Trouver un travail en bonne et due forme, c’est une autre histoire.
La différence se trouve dans l’obtention d’un Permis de travail. Même si le PVT est censé simplifier les démarches, d’expérience je sais que ça reste assez compliqué.
En revanche, entre la communauté d’expatriés et les nombreuses familles russes qui souhaitent apprendre notre langue, il est très facile de trouver des petits jobs de prof particulier.

À Moscou, Axiom Académic, une entreprise co-créée par un français, met en relation les profs et les élèves. Vous pouvez les contacter par leur site internet: Axiom Académic.

Est-il facile de s’adapter à la vie quotidienne en Russie ? 

En restant à Moscou, je n’ai pas été particulièrement frappée par un quelconque choc culturel.

Mise à part la barrière de la langue, on s’adapte assez vite. Le système de transport en commun est finalement assez bien organisé donc on s’y retrouve vite, de nombreux magasins sont ouverts 24/24 donc ça enlève le stress des horaires, la ville est très sécurisée et passée la froideur des Russes, ce sont des personnes très accueillantes, toujours prêtes à vous renseigner.

Si vous avez besoin d’un cocon français, la communauté française est très soudée sur place. Une fois de plus, les réseaux sociaux sont très utiles pour rencontrer des personnes de tous horizons, obtenir des réponses à ses questions, être informés des actualités et des bons plans…

Bref, vous ne serez jamais seul à Moscou.

Le symbole de Moscou: la Cathédrale Basile-le-Bienheureux. Crédit Photo @MoscouByFlo

As-tu une anecdote rigolote à nous raconter sur la vie à Moscou ? 

En arrivant à la fin de l’été, je me suis étonnée du nombre de vendeurs de crèmes glacées dans la ville. Je me suis demandé ce qu’ils devenaient en hiver.

Et bien en hiver, ils tournent à plein régime ! Les Russes font une consommation incroyable de glaces, même par des températures négatives !

J’ai voulu essayer moi aussi. Point positif, la glace ne fond pas ! Point négatif, il fait bien trop froid pour sortir les mains des poches, à la moitié de ma glace, je ne sentais déjà plus mes doigts !

As-tu des conseils à donner à ceux qui veulent tenter l’expérience PVT Russie ? 

Ne vous laissez pas décourager par les démarches qui peuvent parfois sembler compliquées ou par les retours d’expérience négatifs.
Bien sûr, le visa ne s’obtient qu’avec de la rigueur et de l’organisation. Il faut des heures de recherches pour bien préparer son départ et un discours bien rodé pour convaincre son entourage que oui, partir en Russie, c’est une belle expérience !
Mais n’oubliez pas que les difficultés font le charme des voyages, si c’était trop simple il n’y aurait aucun intérêt !
Quant à choisir la Russie plutôt qu’une autre destination, c’est l’assurance de sortir du lot, faire quelque chose de différent. Attendez-vous à avoir de nombreuses questions à votre retour !

Question Bonus : Quelle est la température la plus basse que tu aies connue en Russie ? 

Il faut savoir que nous avons eu un hiver relativement « doux » et peu enneigé pour une ville comme Moscou.
La température la plus basse de l’hiver était un petit -20°C ressenti -29°C.

J’ai été moins incommodée par le froid que par le manque de soleil. Avec un bon équipement et en restant en mouvement, le froid fait simplement partie du charme du pays!

Liste d’articles utiles pour préparer l’obtention du visa ou le départ :

 

Voilà nous avons donc la preuve vivante qu’il est bien possible de faire un PVT en Russie. Et si vous êtes motivés, ça vaut vraiment le coup de postuler !

Encore merci à Floriane de nous avoir éclairé sur le sujet et d’avoir partagé avec nous sa précieuse expérience de pvtiste en Russie.

Pour plus d’infos sur la vie en Russie :  vous pouvez consulter son blog : Moscou By Flo la suivre sur twitter : @florianegarde et FB !

 

P.S : Et pour votre assurance santé, notre contrat Cap Working Holiday fonctionne aussi pour la Russie 🙂 . N’hésitez pas à contacter notre service client au 0174855050 ou info@chapka.fr si vous avez des questions.

PVT Russie : une française l’a fait et témoigne !
Notez cet article

0 commentaire

laisser un commentaire