1. Accueil
  2. Mon tour du Monde
  3. Les expériences de Tour du Monde
Le blog voyage by Chapka

Le voyage de noce solidaire de Marie et Mathieu

Marie et Mathieu, respectivement 27 et 29 ans, habitent du côté d’Annecy depuis trois ans. Plutôt que de faire un simple voyage de noce en posant des RTT, ils ont préféré partir sur un tour du monde en y ajoutant une orientation solidaire et responsable. Marie, chargée des relations entreprises à l’école de commerce IPAC Bachelor Factory, a posé un congé sans solde. Mathieu quand à lui a validé une VAE Expert en management et création de concepts de restauration avant de partir.

Les voilà donc désormais des Périplaventuriers (car leurs pages Instagram et Facebook s’appellent Périplaventure), un nom tout trouvé quand on sait que le voyage rime avec aventure et périple ! 

Comment vous est venue l’idée d’un voyage de noce solidaire ?

Mathieu a travaillé et voyagé pendant 1 an en Australie et 6 mois en Asie. Il était parti avec un ami. Depuis notre rencontre, il m’en a toujours parlé. Il m’a raconté ses expériences de woofing, en camp de surf, à Kampot, ses souvenirs avec un copain qui les a rejoins… Même s’il a eu quelques galères, il n’en garde qu’un excellent souvenir !

Nous avions parlé plusieurs fois de partir en voyage au long cours mais cela ne s’était pas encore fait pour diverses raisons.

Avant le covid, en décembre 2019, nous sommes partis en Thaïlande, en sac à dos et l’idée de voyager est revenue. 

Une sortie de confinement et une demande en mariage plus tard, l’idée de partir en voyage (de noces) au long cours refait surface et ne nous quitte plus !

Ensuite, nous avons réfléchi à notre manière de voyager. Nous souhaitons allier notre projet personnel à une démarche sociale et humanitaire. Pour nous, il était impensable de vivre ce Périplaventure sans en faire bénéficier une association ! Notre objectif était de partager avec ceux qui ne peuvent pas voyager ou qui traversent une situation difficile.

Et le destin fait bien les choses ! Lorsque nous avons commencé à mettre en place le projet et au moment où nous cherchions à qui nous associer, Marie a rencontré Antoine, le président de l’association, lors de ses interventions auprès des étudiants, dans l’école de commerce IPAC Bachelor Factory d’Annecy où elle travaille, et nous avons découvert son association : Baskets aux Pieds.

Nous avons immédiatement adhéré à cette cause ! Nous nous sommes reconnus dans les valeurs de l’association : l’amour de la nature et du sport, la solidarité, le challenge, la santé… Et pour nous, c’est aussi synonyme de partage, d’environnement, d’évasion (et de transpiration…) !

Présentez l’association Baskets aux Pieds

Baskets aux Pieds est une organisation à but non lucratif qui accompagne et soulage le quotidien des enfants hospitalisés en leur faisant découvrir la nature vue du ciel, via une technologie de réalité virtuelle (VR)

Créée en 2018, l’association est maintenant présente dans 12 hôpitaux comme l’hôpital Armand Trousseau et la Pitié Salpêtrière à Paris, à Clermont Ferrand, Nancy, Saint-Etienne, Grenoble, Lyon, Bordeaux, Nice, Brest mais aussi en Suisse et sur l’ile de la Réunion.

Depuis, plus de 500 enfants se sont évadés de leurs chambres d’hôpital au travers des images diffusées, voyages uniques depuis le ciel pour découvrir les décors naturels du monde entier.

Cela permet aux enfants de quitter l’espace d’un instant l’hôpital mais aussi d’éviter de prendre des médicaments pendant leurs soins et de les relaxer avant une opération par exemple.

Concrètement, comment se matérialise ce partenariat avec l’association ?

Nous publions régulièrement du contenu et des stories sur Facebook et Instagram que les enfants de l’association peuvent suivre. Nous essayons d’y raconter nos aventures et de les faire s’évader de leur chambre d’hôpital l’espace d’un instant. 

Nous avons également investi dans un drone ainsi qu’une go pro pour pouvoir produire du contenu vidéo. Après un travail de montage réalisé par les étudiants de l’IPAC Bachelor Factory d’Annecy (où travaille Marie), les vidéos pourront être visualisées par les enfants dans les casques de VR.

Nous sommes également régulièrement en contact avec des bénévoles de l’association et des sportifs avec qui nous partageons et échangeons sur nos voyages. 

Est-ce que vous avez défini un itinéraire pour votre tour du monde ?

A la base oui mais le Covid et les fermetures de frontières nous ont poussé à revoir nos plans et à nous adapter à chaque instant ! Nous avions pensé notre itinéraire pour limiter au maximum notre empreinte carbone en passant des frontières terrestres par exemple. Nous pensions visiter le Cambodge, le Laos, le Vietnam, les Philippines et l’Indonésie pour la partie Asie. Descendre ensuite en Australie, Nouvelle-Zélande et la Polynésie française et terminer par l’Amérique du sud avec le Chili, le Pérou, la Bolivie et l’Argentine. 

Nous espérons toujours pouvoir faire un maximum de ces pays mais nous devons nous adapter et nous programmons et prenons nos billets d’avion à la dernière minute. 

D’ailleurs, notre deuxième pays, le Sri Lanka, n’était pas prévu au programme et à ce jour, il est fort possible qu’on ne fasse pas le Vietnam et le Laos comme c’était prévu… 

Vous avez commencé votre tour du monde par deux pays qui ont longtemps été fermés aux touristes à cause du Covid, le Cambodge et le Sri Lanka. Vous avez croisé d’autres voyageurs ?

Nous avons croisé davantage de « tourdumondistes » que de touristes. Avec les fermetures de frontières, Nous nous sommes retrouvés à faire les mêmes pays et à croiser plusieurs fois les mêmes personnes ! Mais nous avons tout de même croisé plus de touristes au Sri Lanka qu’au Cambodge !

Avez-vous eu des galères de voyage pour le moment, en particulier à cause du Covid ?

A notre arrivée au Cambodge, le gouvernement venait tout juste de renforcer le protocole sanitaire à cause d’omicron et si vous étiez testé positif à l’aéroport, vous passiez par la porte de derrière pour être ensuite transporté dans un lieu de quarantaine délabré aux normes d’hygiène inacceptables… Heureusement pour nous, le résultat était négatif à ce moment là… 

Nous avons entendu quelques histoires de quarantaine dans des lieux insalubres, alors nous n’étions pas très rassuré quand Mathieu a commencé a avoir des symptômes… Nous nous sommes tout de suite auto isolé à notre hôtel en attendant que Mathieu soit de nouveau négatif. 

L’autre galère est d’ordre financier car les tests PCR pour quitter les pays représentent un coup non négligeable, surtout au Cambodge (180$ par personne !).

Voyager en cette période nous oblige également à faire preuve de plus d’adaptabilité, de résilience et de lâcher prise ! Nous avons prévu d’aller au Sri Lanka à peine une semaine avant, par exemple !

Vous avez préféré le Cambodge ou le Sri Lanka ?

Question difficile !

Au global, nous dirions le Sri Lanka car la population est adorable, souriante et toujours prête à nous aider ! Nous avons d’ailleurs pu bénéficier de leur gentillesse dès les premiers jours quand nous sommes tombés en panne en tuktuk (qu’on avait loué pour 1 mois pour sillonner l’île) au milieu de la campagne et pendant un jour férié. Une vingtaine de personne se sont arrêtées pour nous aider, notamment une famille avec deux enfants qui sont restés avec nous pendant les 5h de la panne, qui ont été cherché le garagiste et aidé à réparer ! Une mamie qui habitait à côté nous a aussi accueilli et nous a offert du thé, des gâteaux et des fruits ! Un moment de galère mais qui finalement n’en était pas un grâce a ces personnes ! 

Le Sri Lanka est un pays encore préservé des constructions, riche en culture mais aussi en termes de faune et de flore et le découvrir en tuktuk y ajoute un certains charme ! 

Au Cambodge, il y a les fameux temples d’Angkor que nous avons adoré mais aussi les villes plus au sud comme Kampot et l’île de Koh Rong Samloem, plus proches de la nature. 

Au niveau gastronomique, nous avons apprécié découvrir leurs spécialités locales : le lok lak (du bœuf mariné) ou le amok (poisson cuit dans une feuille de bananier) au Cambodge et le kottu (un mélange de rotti avec des légumes), les rotti (des sortes de crêpes que l’on peut manger sucrée ou salée) et le rice and curry au Sri Lanka ! 

Vous êtes désormais en Australie, c’est quoi le plan ?

Faire un roadtrip en van, sur la côte est, de Melbourne a Cairns ! Plonger sur la grande barrière de corail, visiter les parcs nationaux pour observer la faune et la flore locale, apprendre à surfer et profiter de toutes ces étapes pour produire du contenu pour les enfants ! 

Que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

Que le covid ne soit qu’un mauvais souvenir pour que nous puissions voyager avec moins de contraintes et que nous puissions continuer de faire voyager les enfants de Baskets aux Pieds ! Et continuer de rencontrer des personnes incroyables tout au long de notre Périplaventure !

5/5 - (2 votes)

0 commentaire

laisser un commentaire