1. Accueil
  2. Mes vacances
  3. Inspiration Vacances
Le blog du voyage by Chapka

Laura l’Exploratrice fait du wwoofing en Europe et en Asie

Laura, 27 ans, se confie sur sa vision du voyage, qu’elle souhaite solidaire et responsable. Elle a notamment vécu neuf mois en Irlande, son « deuxième pays », puis a voyagé pendant trois mois en Asie du Sud-Est pour découvrir de nouveaux horizons. Elle revient avec nous sur ses expériences en wwoofing et la notion d’écotourisme.

Après avoir fini tes études, tu es tout de suite partie voyager. Pourquoi ?

Mon frère ayant vécu quelques années en Thaïlande, je m’étais un jour promis qu’après mes études, je partirai pour un voyage en Asie de plusieurs semaines.  Dans le cadre de mon MBA en Communication et Stratégie Digitale, mon sujet de thèse était « L’open data au service du tourisme durable ». C’est donc assez logiquement qu’est né le blog Laura l’Exploratrice. L’opportunité idéale de mettre en pratique mes connaissances et de faire davantage connaitre ces nouvelles formes de tourisme aux internautes.

Laura explore aussi une riviere

baignade dans la rivière Namtha

Tu as découvert le wwoofing en Irlande. Raconte-nous cette expérience !

J’ai découvert le wwoofing dans le sud de l’Irlande il y a bientôt quatre ans. Le wwoofing m’a permis de rester sur place sans trop dépenser. Après m’être inscrite sur le site officiel, j’ai trouvé cette charmante famille proposant gite et couvert contre 5 heures de mon temps par jour. Lors de mes jours de repos, j’ai pu partir à la découverte de cette île vraiment magique… Par la suite, je me suis interrogée sur la possibilité de réitérer l’expérience… en Asie ! Dès lors, l’itinéraire en Asie a commencé à se dessiner.

Raconte-nous donc ta première expérience wwoofing en Thaïlande !

Vous ne serez pas étonné si je vous réponds que ce fut très différent du wwoofing en Irlande ! Lors de ce voyage, mon ami et moi avons passé une semaine au sein de la Spicy Villa, un éco-lodge perché dans les montagnes autour de Chiang-Mai. Cette expérience fut à la fois enrichissante et décevante.

Nous étions avec un couple de globe-trotteurs tout juste arrivés du Népal et une américaine férue de yoga. Entre les fou-rires, les ampoules et les coups de soleil, nous avons vraiment passé de supers moments. Mais après quelques jours, nous nous sommes mis d’accord pour quitter l’endroit, qui pourtant semblait paradisiaque.

experience wwoofing

Expérience wwoofing à la Spicy Villa (Thaïlande)

Tous les matins, nous avions le privilège d’observer les éléphants se baigner dans la rivière. Nous étions dans un village Karen avec une vue imprenable sur la jungle à deux pas. Les chambres et la nourriture étaient correctes, mais la communication avec le manager était plutôt mauvaise.

Nous avons été déçus du manque de rigueur à l’égard de leur démarche écologique. Certes, le site est équipé de panneaux solaires et les engrais chimiques sont bannis, mais impossible de savoir où les eaux usées sont évacuées. L’eau de la vaisselle pleine de savon s’écoulait à quelques pas du potager. De nombreux morceaux de plastiques et de détritus jonchaient le sol. Tout un paradoxe entre une démarche éco responsable et des comportements pollueurs.

 As-tu aussi fait de l’écotourisme au Laos et au Cambodge ?

En effet, une expérience de ce type dans chaque pays visité faisait partie de mes objectifs. Au Laos, j’ai décidé de passer par l’agence Discovering Laos pour vivre deux journées inoubliables dans la zone protégée de Namha. Accompagnée de deux guides locaux, j’ai pu descendre la rivière Namtha en kayak, passer la nuit dans un village, puis le lendemain un trek inoubliable au cœur de la jungle.

Au Cambodge, j’ai fait appel à un guide assez singulier. Une amie m’avait donné les coordonnées de Chea-Chheng, chauffeur de « charrette », en m’expliquant qu’il s’agissait d’un vieux monsieur connaissant sur le bout des doigts les histoires des célèbres temples d’Angkor. J’ai pu découvrir les différents temples au rythme des anecdotes, poèmes et chansons. Une journée absolument mémorable !

trek en Asie du sud est

trek dans la zone protégée de Namha

 Quelle destination as-tu le plus apprécié ?

Sans hésitation, le Laos avec de superbes aventures, de la découverte, un émerveillement constants et des trajets interminables en mini-bus ! Cette traversée du nord au sud m’a vraiment permis d’apprécier les diverses régions.

Après le trek, nous avons descendu la rivière Nam Ou. Nous avons pu faire étape dans d’authentiques villages. Puis, une escale à Luang Prabang où je suis restée en admiration devant les cascades de Kuang Si.

Mon anniversaire célébré à Vang Vieng en même temps que le nouvel an local, nous avons pris la direction du sud pour le plateau des Bolovens et la région des 4000 îles. L’aspect sauvage de ce pays, en dépit d’une déforestation importante m’a beaucoup marqué. Le Laos, c’est l’aventure à l’état pur !

Alors qu’on observe un boom du tourisme mondial, comment l’écotourisme va évoluer selon toi ?

Au cours de ce voyage en Asie, j’ai constaté qu’un grand nombre de touristes avaient la volonté de voyager en étant davantage proches des habitants, mais aussi en respectant mieux l’environnement.

Je suis convaincue que les mentalités tendent à évoluer et que les voyageurs sont de plus en plus en demande d’un tourisme durable et écoresponsable. Les chiffres du dernier rapport de l’OMT confirment en effet l’augmentation exponentielle du nombre de touristes, allant de pair avec la pollution terrestre et atmosphérique.

Toutefois, l’humain curieux n’a cessé de se déplacer et se déplacera toujours. C’est pourquoi il est nécessaire de communiquer autant que possible sur ces alternatives au tourisme classique qui favorisent la rencontre et l’ouverture d’esprit et le respect. Il est par ailleurs intéressant de souligner que l’Assemblée générale de l’ONU a adopté l’an passé, une résolution historique en reconnaissant la contribution du tourisme durable à l’éradication de la pauvreté, au développement communautaire et à la protection de la biodiversité. De quoi avoir de l’espoir non ?

pique-nique lors du trek dans la zone de Namha

pique-nique lors du trek dans la zone de Namha

Y-aura-t-il encore une démarche responsable dans tes prochains voyages ?

J’aimerais inclure dans mes futurs voyages l’Amérique latine et le Canada mais je rêve également de découvrir un jour la steppe mongolienne. Je continuerai pour chaque nouvelle destination à rechercher des activités et organismes permettant de pratiquer un tourisme durable et responsable. Sortir parfois de sa zone de confort vous enrichit souvent bien plus que vous ne l’auriez imaginé. Faites-vous confiance et en route pour l’aventure !

Pour suivre ses aventures, rendez-vous sur son blog : http://www.lauralexploratrice.fr/

Image à la une : Chea-Chheng, le guide poète et sa charrette
Laura l’Exploratrice fait du wwoofing en Europe et en Asie
Notez cet article

0 commentaire

laisser un commentaire