1. Accueil
  2. Mon tour du Monde
  3. Inspiration Tour du Monde
Le blog voyage by Chapka

Bons Baisers : est-il dangereux de voyager au Pakistan ?

Cher Chapka,

Étais-tu inquiète lorsque je t’ai annoncé notre voyage au Pakistan ? C’était le cas de nombreuses personnes pour qui Pakistan rime encore avec talibans, terroristes et guerres. Et pourtant, après deux mois à voyager dans ce pays, pas une seule fois je me suis sentie en insécurité. Non, le Pakistan n’est pas dangereux. Et même au-delà, les Pakistanais sont aujourd’hui ceux qui m’ont réservé l’accueil le plus chaleureux. Laisse-moi te raconter un petit peu.

Les rencontres dans les rues au Pakistan

Dès les premières heures dans le pays, les gens dans la rue nous saluent, s’arrêtent pour échanger quelques mots. Ces sourires et salutations seront le fil rouge de notre voyage au Pakistan. Les questions sont souvent les mêmes. « D’où venez-vous ? Comment vous appelez-vous ? Aimez-vous le Pakistan et vous sentez-vous bien ici ? » Et lorsque nous répondons que oui, nous nous sentons très bien, un grand sourire illumine le visage de notre interlocuteur. « Le Pakistan n’est pas dangereux, mais les gens continuent d’en avoir peur. Dites-le à votre famille, dites-le à vos amis. On aimerait tellement que les touristes reviennent au Pakistan !« 

Et puis il y a toutes ces rencontres où l’absence de langue commune ne nous permet pas d’échanger ainsi mais où l’on nous offre un chaï (thé), une bouteille de soda (toujours en verre et consignée !), un jus de fruit frais, ou juste un sourire des plus chaleureux. C’est étrange de sentir à ce point que notre simple présence ici peut procurer tant de joie. Alors oui, j’ai envie de le partager, de te le dire : tu peux voyager au Pakistan et tu y seras accueilli avec chaleur, bienveillance et générosité.

En parlant de rencontres dans la rue, j’avais conté la plus marquante de notre voyage dans une carte postale :

Voir cette publication sur Instagram

Aujourd’hui, je voudrais te parler de ce jeune homme de 14 ans, Hassnain, et de ses parents, Raswan et Raswana (nous avons tous bien ri quand nous leur avons dit que nous étions Léo et Léa). Nous les avons croisés dans la rue et après quelques échanges, ils nous ont proposé de les suivre jusqu’à chez eux pour rencontrer le reste de la famille. Nous y sommes finalement restés des heures. Raswan et Raswana sont sans doute le couple le plus atypique du Pakistan. Ils naviguent à contre courant et entraînent pas mal de monde avec eux. Déjà, leur mariage est issu d’une belle histoire d’amour (chose encore assez rare au Pakistan où les mariages arrangés sont monnaie courante). Raswan s’est même fait tatouer son amour sur le torse et est ainsi le premier pakistanais tatoué que nous rencontrons. Il est athée. Enfin il nous dit que sa religion c’est l’humain, que sa religion c’est aider. Qu’au lieu d’aller à la mosquée, il va voir ses voisins. Et quand il va les voir, il leur demande une petite contribution (l’équivalent de 50 centimes par mois) avec laquelle il a éclairé tout son quartier grâce à des lampes à led, mis des poubelles et organiser un ramassage des ordures (c’est dingue comme on voit la différence directement !), offre des denrées alimentaires et des repas à toutes les personnes pauvres, tout en prenant à cœur de mélanger les musulmans, les hindous, les sikhs et les chrétiens ! Nous avons eu l’occasion de faire le tour de la vieille ville avec lui et ça nous a pris des heures ! Nous avons été présentés à toutes les personnes qui soutiennent ces projets et il y en a beaucoup beaucoup ! Ah et il est végétarien ! Ce qui est complètement incroyable au Pakistan où il y a de la viande à tous les repas ! Hassnain, lui, parle déjà cinq langues à 14 ans et est tout aussi brillant qu’ambitieux. Il aide ses parents dans toutes leurs missions et s’engage dans la même voie. Bref, une belle rencontre, beaucoup d’inspiration, et la confirmation qu’il faut toujours suivre les inconnus dans la rue ! Je t’embrasse. Léa

Une publication partagée par Léa & Léo • Bons baisers (@bonsbaisers_) le

Le couchsurfing au Pakistan

Au Pakistan, nous avons principalement voyagé avec couchsurfing, cette plateforme qui permet d’être accueillis gratuitement chez des locaux qui veulent rencontrer et échanger avec des voyageurs.

Nos plus beaux souvenirs de voyage nous ont été offert grâce au couchsurfing. À notre arrivée, une grande soirée couchsurfing avait été organisée par notre hôte à Lahore nous permettant de nous faire, dès les premiers jours, des amis dans le pays. C’est grâce à une rencontre lors de cette soirée que nous sommes partis avec Tahir pour un road trip dans les merveilleuses montagnes du Nord du Pakistan. C’est grâce au couchsurfing que nous avons pu aller jusqu’au fort Derawar dans le désert du Cholistan ou encore que j’ai eu une petite fête d’anniversaire surprise. Mais c’est surtout grâce au couchsurfing que nous avons rencontré Shadid, Tahir, Miguel, Marieke, Moin, Gulbibi, Nani, Faisal, Fajar, Marius, Lars, Maroof, Guliafshan, Mira, Liam et bien d’autres encore ! Ce sont ces rencontres qui ont fait notre voyage, qui l’ont rendu si unique et merveilleux. Ce sont ces rencontres que nous garderons en souvenir du pays.

Alors si tu voyages au Pakistan, je ne peux que t’encourager à rejoindre la communauté.

Les femmes au Pakistan

C’est la question que l’on me pose le plus souvent : une voyageuse solo pourrait-elle voyager au Pakistan ? Ma réponse est sans hésitation : oui ! Même si je ne voyage moi-même pas seule, j’ai pu rencontrer plusieurs voyageuses solos qui ont confirmé cette intuition. Et pour ma part, je me suis sentie plus en sécurité qu’en Inde, par exemple, où certains hommes peuvent avoir des regards insistants et déplacés.

Aussi, le port du voile n’est pas obligatoire contrairement à l’Iran, par exemple. Dans les villes, de nombreuses femmes ne le portent pas ou que pour aller à la mosquée. Une seule fois en deux mois de voyage, notre hôte couchsurfing m’a conseillé de le mettre. En effet, nous étions dans la vallée de Swat et les traditions y sont beaucoup plus strictes.

Par contre, je dois t’avouer que souvent, la situation des femmes pakistanaises m’a révoltée. En dehors des grandes villes, elles sont quasiment absentes des rues, cafés et restaurants. On peut les croiser dans les bazars, à faire les courses. Dans certaines maisons (assez rarement tout de même), Léo n’a pas eu le droit de rencontrer la femme de notre hôte qui passait pourtant son temps à cuisiner pour nous. Si tu veux mon avis, la tradition a bon dos et les féministes beaucoup de travail. J’espère que la situation s’améliorera rapidement pour toutes ces femmes.

Les régions interdites

Enfin, il faut que tu saches qu’à l’heure actuelle, nous n’avons pas droit d’aller partout au Pakistan en tant qu’étrangers.

La région du Cachemire nous est interdite. Comme tu le sais sûrement, elle encore disputée avec l’Inde et maintenant la Chine. Le gouvernement pakistanais souhaite la paix et les tensions politiques ne se ressentent pas dans le reste du pays. Mais c’est en toute logique que son activité touristique est mise en pause.

La région du Balouchistan nous est également interdite du fait de tensions locales entre différentes communautés. J’espère vraiment que la région se pacifiera et s’ouvrira avec le temps car elle semble absolument magnifique. Il est tout de même possible de la traverser avec une escorte policière pour aller ou venir de la frontière terrestre avec l’Iran. C’est ce qu’on fait de nombreux voyageurs que nous avons rencontré ici et tout s’est toujours très bien déroulé.

***

Donc oui, aujourd’hui le Pakistan est sans danger pour le voyageur et même pour la voyageuse seule. Et il mérite vraiment d’être plus connu. Ses paysages sont magnifiques mais ce qui fait sa beauté unique c’est bien la bonté de ses habitants. Alors, chère Chapka, j’espère que plus en plus nombreux seront les voyageurs et voyageuses qui t’annonceront que ce beau pays fait partie de l’itinéraire de leur voyage.

Je t’embrasse.

Léa
Bons baisers, blog voyage épistolaire

0 commentaire

laisser un commentaire