1. Accueil
  2. Mon Volontariat
  3. Inspiration volontariat
Le blog voyage by Chapka

Nomad Bird poursuit son voyage en Indonésie avec l’association TWAM

Par Nomad Bird, ambassadrice de l‘association Twam.

Ça y est ! J’ai fait le stock de fromage, vin rouge et autres baguettes croustillantes et, après quelques semaines passées en France auprès de mes proches, me voilà à nouveau en vadrouille.

En 11 mois de voyage, j’ai eu la chance de découvrir d’innombrables cultures et pays mais l’un d’entre eux m’a particulièrement touchée. L’Indonésie reste mon grand coup de cœur et c’est tout naturellement qui j’y retourne. Il faut dire qu’avec ses milliers d’îles, l’Indonésie n’est pas un pays qui peut s’explorer en quelques semaines seulement…

Cette fois, je jette l’ancre un peu plus à l’est, sur l’île de Flores, à Labuan Bajo. Cette petite ville fait face au Parc National de Komodo réputée pour ses dragons et attire de nombreux plongeurs venus découvrir ses fonds marins exceptionnels.

À la découverte du système éducatif Indonésien

Les Indonésiens de Labuan Bajo sont on ne peut plus hospitaliers et je n’ai aucun doute sur l’accueil qui me sera réservé lorsque j’entreprends de rencontrer les élèves de l’école « MTs Darussalam ».

Cette école compte uniquement des élèves et des professeurs musulmans (Labuan Bajo est une ville à 75% chrétienne et 25 % musulmane) et je me dois donc de porter des vêtements longs afin de couvrir mes bras et mes jambes. Mais l’école a beau se situer à quelques minutes de marche de mon bungalow, par plus de 40 degrés, je dégouline sous mes vêtements et lorsque j’arrive dans la cours de récréation, j’ai des gouttes de sueur plein les yeux.

Un professeur sort de sa classe et vient me saluer. Ma présence l’intrigue et il s’amuse de me voir si difficilement supporter la chaleur. Je tente de me faire comprendre mais il ne parle pas très bien anglais et me conduit auprès d’un de ses collègues à qui j’explique le but de ma visite.

Rahim est professeur ici depuis plusieurs années et aime son travail d’enseignant. Il m’explique comment le système éducatif fonctionne ici et nous sommes tous les deux surpris par la différence entre celui-ci et celui que je connais en France. A « La Bajo » m’explique-t-il, les enfants ont cours exclusivement le matin… dès 7 heures, et cela 6 jours par semaine. Il m’explique également que dans son école tout le monde parle Bahasa mais l’ensemble des élèves sont issus de 5 cultures différentes qui ont chacune leurs spécificités linguistiques. D’ailleurs, certaines de ces langues sont enseignées dans cet établissement parmi les 16 matières autour desquelles s’organisent les cours. Oui oui : 16 matières !

nomad bird a la rencontre des eleves indonesiens

Un accueil chaleureux et des élèves impliqués

Lorsque j’entre dans une des classes en compagnie de Rahim (qui traduira notamment mon anglais en bahasa), je découvre une vingtaine d’élèves souriants et extrêmement disciplinés : Le « Good Morning » général qu’ils m’adressent me surprend et m’intimide. Alors que je commence ma présentation, je suis surprise de les voir encore debout devant moi… Rahim m’explique alors qu’ils attendent que je leur demande de s’asseoir ! J’en reste scotchée ! Leur respect pour l’enseignement et leur professeur est impressionnant !

À chaque diapositive de ma présentation, Rahim traduit mes propos en bahasa, ce qui crée des éclats de rire en décalage, surtout lorsque je tente de répéter quelques mots avec mon accent français.

Alors que certains élèves se portent volontaires pour aller au tableau, d’autres sont plus timides mais j’essaye de les faire tous participer et l’ambiance se détend très rapidement.

Après presque 1 heure d’échanges et de discussion, je les remercie chaleureusement de m’avoir accueillie avec tant de sourires ! Je ne pourrai jamais me lasser de partager ces moments uniques et ô combien précieux !

les eleves indonesiens attentifs

Alors qu’en France il faut en référer au rectorat et patienter plus de 2 semaines pour (peut-être) avoir la chance d’intervenir auprès d’une classe, ici, en Indonésie, tout est simple. Les gens se font confiance intuitivement et cela fonctionne. Voici une des raisons pour lesquelles j’aime particulièrement ce pays.

C’est la deuxième fois qu’une école indonésienne m’ouvre ses portes et j’en garde à nouveau un souvenir magnifique : des rires, de la candeur, beaucoup de respect et de curiosité, et, comme toujours, des moments de partage inestimables.


Twam, c’est quoi ? Il s’agit d’une association qui promeut les échanges culturelles entre les peuples. Ainsi, les Twamers, comme Nomad Bird, interviennent bénévolement dans des écoles, hôpitaux et autres centre d’accueils dans le monde entier (les Twamhost). Ils partagent un savoir-faire, des connaissances, etc.

association TWAM

Nomad Bird poursuit son voyage en Indonésie avec l’association TWAM
Notez cet article

0 commentaire

laisser un commentaire