1. Accueil
  2. Boite à outils de l'assuré
  3. Dossier choisir son assurance voyage
Le blog du voyage by Chapka

Assurance Voyage : Les cartes bancaires nous prennent-elles pour des moutons ?

Le sujet revient souvent et toujours à la veille des vacances. Tous les journaux sans exception ressortent le sujet, les articles fleurissent et les reportages TV aussi.

En gros, on vous dit quoi ?! On vous dit que vous êtes parfaitement assurés avec votre carte de crédit et que souscrire l’assurance voyage de votre agence de voyage ne sert à rien et que l’agent de voyage tenterait de vous fourguer un truc dont vous n’avez pas besoin !

Je viens même de visionner une vidéo dans laquelle un responsable d’une association de consommateurs fait l’éloge de la carte de crédit à travers un grossier comparatif des garanties d’assurance proposées par les agences de voyage et celles incluses dans les cartes Gold. C’est affligeant de légèreté pour un organisme censé défendre les consommateurs.

Sans doute n’a-t-il pas pris le temps de comparer un tout petit peu les garanties, les plafonds et les exclusions de chacune des garanties, ou peut être n’a-t-il pas voulu le faire pour des raisons qui nous échappent.

Je pense qu’il est temps de tenter de rétablir un minimum de vérité sur l’intérêt d’une bonne assurance voyage et sur le rôle protecteur de l’agence de voyage dans la vente de cette assurance :

Voici donc, quelques exemples très concrets pour vous dire que les assurances des cartes dorées ne remboursent pas des situations (des risques) qui semblent pourtant assez banales et plus que probables :

  1. Si vous vous faites voler vos bagages pendant le séjour (un vol à l’arraché par exemple), votre carte de crédit aussi gold soit elle, ne vous remboursera rien du tout !
  2. Si un de vos neveux ou oncles est hospitalisé ou décédé et que de ce fait vous deviez annuler votre séjour, votre carte de crédit ne vous remboursera rien du tout
  3. Si vous annulez votre séjour à plus de 30 jours avant le départ, votre carte de crédit ne remboursera que 200 € maximum
  4. Si vous annulez votre voyage suite à une panne de TGV vous empêchant de vous rendre à l’aéroport, votre carte de crédit ne vous remboursera rien du tout
  5. Si vous partez faire un trekking et que vous vous foulez le pied avant de partir votre carte ne vous remboursera rien du tout en cas d’annulation (la maladie n’est pas assez grave selon eux)
  6. Si vous êtes secouru par un hélicoptère à l’étranger l’assurance de la carte de crédit ne remboursera pas la facture présentée par les autorités et vous devrez payer la douloureuse (on appelle cela les « frais de recherche et de secours »)

La liste des exemples peut être très longue, il suffit de regarder le forum des arnaques dans la rubrique assurance voyage des cartes de crédit pour s’en persuader. Il suffit même de tenter de joindre le plateau de gestion des sinistres de Visa 1er pour finir de comprendre sa douleur…

Mais creusons un peu plus loin et posons-nous les bonnes questions :

Nous avons donc d’un coté, les banquiers (je vous rappelle que les cartes de crédit sont gérées par le GIE carte Bleue et que ce GIE appartient aux plus grandes banques françaises), et de l’autre coté, une agence de voyage qui est un commerçant, qui se bat pour vous proposer de belles vacances et qui doit répondre à une législation très stricte en matière de responsabilité ! L’intérêt des banquiers est très différent de l’intérêt de l’agent de voyage.

A votre avis qui défend le mieux le consommateur ? Surprise !! Ce n’est pas toujours celui qu’on croit …

  • Le banquier, lui, a la contrainte d’inclure le maximum de garanties annuelles dans la plus petite cotisation d’assurance possible et doit obliger le client à payer son voyage avec sa carte bancaire pour toucher la commission sur la transaction bancaire (presque 1 % du « budget voyage » des français) .
  • L’agent de voyage, lui, doit proposer une solide garantie d’assurance pour répondre à son obligation de conseil*et sa responsabilité d’agent de voyage (voir l’explication ci-dessous). Elle doit aussi gagner une commission sur cet acte de vente.

On comprend déjà mieux pourquoi les garanties incluses dans la CB (notamment l’assurance annulation, qui est le plus utilisée) sont beaucoup plus faibles dans les cartes de crédit.

  • Pour proposer une forte assurance annulation dites en « toutes causes » et à effet immédiat (comme le fait l’agent de voyage), le banquier devrait doubler sa cotisation.
  • Pour assurer les bagages pendant tout le séjour, le banquier devrait aussi impacter fortement sa cotisation.
  • L’agent de voyage lui engage sa responsabilité, et même ses biens personnels (il doit avoir une caution personnelle de 115.000 € pour exercer son métier) lorsqu’il vous vend un voyage et une assurance, il a donc intérêt à mettre les garanties les plus fortes possibles.

L’explication est donc claire jusque là, mais j’ai bien relu aussi le code des assurances et je me suis aussi aperçu qu’il était absolument interdit d’inclure une assurance de manière obligatoire. On m’a appris que l’assurance doit toujours être une option que le client doit pouvoir décliner lors de l’achat d’un produit quel qu’il soit. Est ce le cas dans la carte de crédit ? Non ! (mais les services juridiques des banquiers ont du se pencher là dessus et ne manqueront pas de me répondre)

Mais au fait, j’ai cru comprendre aussi que la « prise d’effet d’une garantie » ne peut pas être liée à l’utilisation ou non un moyen de paiement. Mais alors pourquoi on m’obligerait à payer avec ma carte de crédit pour bénéficier de l’assurance. Les banquiers seraient au dessus des lois ? Que de mauvaises pensées !

Voila, c’était pour tenter d’ouvrir un débat, d’égratigner la pensée unique que l’on veut bien nous imposer jusque chez les organismes de défense des consommateurs et surtout pour défendre les agences de voyages.
Là dessus je souhaite un très bon voyage à tout le monde et … aux porteurs de cartes déjà assurés, je leur demande d’être prudents.

Geoffroy Bonnet Eymard

Chapka Assurances


*Petite explication au sujet de la responsabilité des agences de voyage :

Saviez vous que votre agence de voyage (quelle ait pignon « sur rue » ou « sur internet ») est responsable de tout ce qui va vous arriver sur place pendant votre séjour ?

Elle est responsable  de vous rapatrier en cas d’accident.  Exemple : Si vous glissez au bord d’une piscine  c’est votre agent de voyage qui est responsable, si vous tombez malade la bas c’est la faute de votre agence de voyage, c’est la loi qui dit cela  (en réalité c’est le code du tourisme).  La loi est ainsi faite (plutôt bien faite d’ailleurs pour protéger le client vacancier). L’agent de voyage est donc responsable de ce qu’il vend. De cette responsabilité découle une obligation pour l’agence de voyage  de proposer une assurance voyage (confère l’article N° R 511-4 du code du tourisme) ;   Bref, L’agence de voyage qui oublie de proposer l’assurance commet une faute professionnelle.

On peut le dire autrement : un client qui a un accident à l’étranger lors de son séjour, aura gain de cause pour le remboursement de tous ses frais médicaux et de rapatriement (ça peut monter très très haut, vous le savez, 100.000 € pour une appendicite aux USA !! ) si l’agence est incapable de prouver qu’elle à bien proposé l’assurance  et que le client n’en a pas voulu.

L’agence de voyage répond à une obligation contractuelle, elle est, de plus, responsable de la qualité du contrat d’assurance qu’elle propose (comme le serait un courtier d’assurance)   contrairement aux banquiers qui imposent des assurances. L’agence de voyage a donc intérêt à vous proposer la meilleure assurance possible.

Notez cet article

0 commentaire

laisser un commentaire