1. Accueil
  2. Mes études à l'étranger
  3. Conseils études et stages à l'étranger
Le blog voyage by Chapka

Stage à l’étranger : A la guerre comme à la guerre.

Ça n’est pas forcément le parcours du combattant de trouver un stage à l’étranger. Mais il est parfois difficile de démêler l’écheveau et de savoir par quel morceau commencer.

Leçon numéro 1 : je déblaye les pistes

Je prends tout d’abord contact à l’interne dans mon université auprès du secrétariat des relations internationales qui ont peut être une offre à me présenter, ou un programme d’échange à me proposer (Erasmus, leonardo…)

Leçon numéro 2 : je cherche des alliés

J’en parle à mon entourage. La tante charlotte (que je ne vois pas souvent, honte à moi) travaille au sein d’une entreprise internationale mondialement connue, ça ne serait pas un mal de lui demander si de temps à autre ils ne recruteraient pas quelques stagiaires mal payés et avides d’apprendre.

Leçon numéro 3 : je consulte les offres de mission

En première ligne : internet

Le club Teli peut vous faciliter la tâche, en y adhérant vous avez accès à de nombreuses offres de stages et des programmes de mobilité à l’international http://www.teli.asso.fr/. Ils peuvent même vous aider dans vos démarches pour trouver un logement sur place (si ça ça n’est pas du pain béni)

Les offres de stages se multiplient également sur les réseaux d’offres d’emploi classiques type Monster, Careerbuilder, keljob etc..N’hésitez pas à déposer votre CV et à postuler aux offres.

En arrière plan : les salons

Pourquoi ne pas rencontrer les recruteurs en direct, muni de votre précieux sésame, votre CV et une envie d’enfer, vous démarchez de stand en stand les entreprises internationales. Bien entendu mieux vaut vous rendre dans les salons spécialisés sur la mobilité internationale. Après tout elles sont là pour ça.

Leçon numéro 4 : on ne part pas au front sans arme

Mais comment rédiger un CV alors qu’on n’a pas d’expérience ?

Vous en avez bien une toute petite non ? Dans le cas où la réponse est non, mettez en avant vos compétences personnelles, linguistiques, informatiques, vos petits boulots (baby sitting, serveur), sportives. Tout ce qui peut vous aider à remplir plus ou moins une page et aussi bien entendu à ce que le recruteur puisse se dire « tiens c’est bien il a l’air d’avoir l’esprit d’équipe ce petit « – dans le cas où vous pratiquez le rugby plutôt que le découpage de bûche suédoise au chrono en individuel.

N’oubliez pas de l’adapter : rédigez le en anglais, en espagnol, en portugais, en chinois etc…selon le pays où vous vous rendez. L’anglais prédominera sans doute la plupart de vos recherches. N’oubliez pas de vous faire aider à la relecture et n’utilisez pas bêtement de traducteur en ligne qui pourront plus vous desservir que vous servir.

Leçon numéro 5 : On s’arme contre le syndrome grippal

Et on contracte une assurance avant de partir 🙂

Bien entendu je ne peux que vous conseiller l’assurance Cap Student de Chapka Assurances qui vous assure pendant toute la durée de votre stage pour une somme modique.

Que demander de plus :

  •       Qu’une assistance rapatriement 24h/24 et 7j/7
  •       Des frais médicaux et d’hospitalisation pris en charge au 1er €, illimités et sans franchise
  •       Une assurance bagages
  •       La possibilité d’être couvert pour venir faire un coucou à votre famille en France pendant 30 jours
  •       Une responsabilité civile qui vous évite de devoir rembourser la maison du voisin…

Et encore de nombreuses autres garanties que je vous invite à découvrir en cliquant ici.

Stage à l’étranger : A la guerre comme à la guerre.
Notez cet article

0 commentaire

laisser un commentaire