1. Accueil
  2. Mon tour du Monde
  3. Inspiration Tour du Monde
Le blog du voyage by Chapka

2 bras 2 jambes : le récit d’un voyage à pied « vers l’est »

Vous connaissez Françoise ? Voyageuse, comédienne et baroudeuse, l’année de ses 50 ans en 2010, elle décide de réaliser un projet un peu fou mais qui lui tient à cœur depuis un moment : prendre la route depuis chez elle pour un voyage à pied « vers l’est » d’une durée indéterminée !

Retour sur une incroyable aventure humaine.


Le projet 2 bras 2 jambes

man


Françoise durant son voyage a pied

A la suite d’un accident de moto, plâtrée, j’ai pris conscience de la chance d’être en possession de 4 membres valides. Une fois rétablie, j’ai décidé d’en profiter pleinement. Entre autres en marchant beaucoup.

Mais quelle frustration de devoir toujours interrompre de magnifiques randos pour finalement devoir rentrer chez soi !

J’ai donc mûri durant 10 ans le projet de me dégager un jour de toute obligation. Afin d’expérimenter une liberté totale, qui m’autoriserait à marcher tant que le désir serait présent, c’est à dire pour une durée indéterminée, entre 3 jours et… 30 ans.

Ce sera finalement 20 mois. Retrouvez toute mon aventure sur mon blog 2 bras 2 jambes. 


Le voyage à pied

backpacker

 


voyager a pied une source de belles rencontres ici en Thaïlande

Pouvez-vous nous parler de votre tour du monde à pied ?

Ce n’était pas vraiment un tour du monde. Juste un « marcher vers l’Est » qui m’a menée jusqu’au Japon. En bateau, pas à la nage !

Les étapes

Les étapes et le parcours m’ont été dictés par les aléas climatiques (saisons), politiques (visas, durée), financiers, géographiques…

Je ne planifiais pas grand-chose. Le seul objectif étant « vers l’est ».

Et lorsque les circonstances l’exigeaient, je me suis pliée à d’autres moyens de transports pour continuer à avancer, quitte à « sauter » des pays et des cultures que j’aurais souhaité découvrir.

Le logement

Équipée d’une tente, ayant toujours de quoi me nourrir dans mon sac à dos, je m’en remettais aux opportunités de la journée : propositions d’accueil spontanées, un coin pour bivouaquer…

En ville, j’utilisais le couchsurfing, ou en dernier recours, l’hôtel le moins cher du coin !

Le budget

J’ai loué ma maison et j’avais un budget de 300€ par mois environ.

Suffisamment élevé pour ne pas être dépendante de plus pauvres que moi. Suffisamment bas pour ne pas risquer de me vautrer dans le luxe, et favoriser rencontres et expériences car la découverte de l’autre était au cœur de ce projet.


Une anecdote de voyage

love-to-chat (1)


J’en ai mille ! Elles sont dans le livre, et certaines, les plus théâtrales et représentatives, dans le spectacle.

Allez, une petite qui n’est pas dans la pièce :

En Iran, lors de la traversée de la chaîne de montagne de l’Elbrouz, j’étais fiévreuse et grippée. Le vent soufflait violemment, j’étais emmitouflée de tout ce que mon sac contenait. Sur la tête, l’indispensable foulard, un bonnet, un chapeau.

Le matin du passage d’un col à 3000m qui délimite le versant Mer Caspienne du versant sud en direction de Téhéran, un vacher me croise. Atterré par mon allure, il me fait asseoir sur un talus et me pose les sempiternelles questions : Qui es-tu ? D’où viens-tu ? Où vas-tu ?

Il décide (comme tout le monde chaque jour), que c’est trop dangereux, que je ne dois pas monter. Je dois redescendre et dormir chez lui. Je décline l’invitation. Ça fait déjà 2 heures que je grimpe, pas question de rebrousser chemin.

Il m’offre alors de m’accompagner. Je lui objecte qu’il ne peut abandonner ses vaches.

Je me remets en route. Il m’arrête et insiste pour me donner de la nourriture.

« Merci, j’ai déjà ce qu’il me faut, je ne peux pas me charger davantage ».

Je reprends l’ascension.

Dans mon dos, entre deux rafales, je l’entends crier et me courir après. Me retournant, je le vois me tendre des billets froissés sortis de ses poches. Il pense que je dois être bien pauvre pour marcher ainsi ! Confuse, je réponds que je n’en n’ai pas besoin, et repars.

Quelques instants plus tard, nouveaux cris et cavalcade derrière moi. Cette fois, il me court après en brandissant une hache ! Voilà que ça se complique… Il se rapproche.

– « Tiens, tiens, prends-la ! Pour te défendre contre les loups ! »

– « Non, trop lourd ! Trop lourd ! »


Le retour

globe


En quoi cette aventure a changé votre vie ?

2 bras 2 jambes, au départ, c’est exploiter ce potentiel physique. Avancer tout en découvrant nos différences.
A l’arrivée, 2 bras 2 jambes, c’est l’évidence que l’humain, avec ses bras, ses jambes, sa tête et tout ce qui le constitue, est tellement plus semblable que différent !
Plus j’avançais, plus c’était facile, je me sentais chez moi dans chaque pays. Car partout sur la planète, le fond humain commun aplanit ces différences anecdotiques. Partout, on mange, on aime, on dort, on se déplace, on élève des enfants, on danse, on chante, on rit…

J’ai également appris à faire une chose extrêmement difficile : recevoir. Beaucoup moins valorisant que de donner !

Françoise sur scène

 Pourquoi avoir choisi le théâtre pour raconter votre voyage ?

Le plus passionnant dans cette marche, c’était les rencontres.

A mon retour, les lecteurs du blog tenu pendant le voyage attendaient la sortie d’un livre. Et même s’il a finalement vu le jour quelques mois après la création de la pièce, en tant que comédienne, j’ai préféré en priorité écrire le spectacle.

Il me donne l’occasion à chaque représentation de retrouver l’esprit nomade de ce périple, en m’offrant l’opportunité de nouvelles rencontres, échanges, discussions avec le public. Un nouveau départ chaque soir…


Les nouveaux projets

valise


Une nouvelle marche pour le mois de juin

Prochaine marche, courte (10 jours), mais symbolique. Au mois de juin, ce sera destination Avignon, pour le festival.

J’irai à pied, en donnant au passage une représentation au bénéfice de SOS forêt Cévennes. Ce collectif informe et mobilise autour de la problématique forestière, non seulement des Cévennes, mais aussi beaucoup plus largement sur l’exploitation sauvage en coupes rases ici et ailleurs pour fournir les insatiables centrales biomasse surdimensionnées et faussement « écologiques ».

Je serai rejointe ponctuellement au cours de cette marche par des sympathisants de l’opération « Sur les planches pour une forêt debout », ainsi que des groupes de randonneurs. Je jouerai le dimanche 19 juin, en plein air, dans le magnifique amphithéâtre de pierres du col du Péras, à Bonnevaux 30 450.

Un spectacle lors du festival d’Avignon

Il sera joué du 7 au 30 juillet, à 19h15 à la Maison IV de Chiffre, 26 rue des teinturiers. L’objectif du festival sera de trouver des partenaires afin de faire voyager ce spectacle à travers la France, et le monde…
Quel meilleur destin pour cette création ?

Découvrez la bande annonce du spectacle :

Toutes les infos sur la marche et les représentations seront actualisées au jour le jour sur :

0 commentaire

laisser un commentaire